L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
Getty images

Tampons et hygiène vaginale: 3 questions à un gynécologue

Dangerosité des tampons, flore vaginale et hygiène: voici 3 questions posées au Professeur Jean-Luc Squifflet, du service de gynécologie des Cliniques Universitaires Saint-Luc.

Même si le syndrome du choc toxique est causé par une bactérie et non pas par le tampon, on se pose des questions sur l’utilisation des protections périodiques internes et leur effet sur notre santé.

3 questions à un gynécologue

La composition d’un tampon menstruel n’est pas responsable du choc toxique, mais peut-elle provoquer d’autres infections ?

Pr. Squifflet: “À l’heure actuelle, aucune étude ne le démontre. Mais certaines femmes peuvent être hypersensibles à l’une ou l’autre substance entrant dans la composition de leurs tampons. Si vous avez le moindre doute sur la protection que vous utilisez, consultez votre médecin”.

L’utilisation de tampons ou d’autres protections menstruelles perturbe-t-elle la flore vaginale?

Pr. Squifflet: “Ce sont avant tout les règles elles-mêmes qui perturbent la flore vaginale: elles augmentent le pH du vagin et donc le risque d’infection. Certaines patientes ont d’ailleurs tendance à faire des vaginites tous les mois au moment de leurs règles, ce qui leur cause un tel inconfort que leur gynécologue leur propose parfois, pour résoudre le problème, une contraception hormonale qui supprime les règles”.

Pouvez-vous conseiller une protection plutôt qu’une autre ?

Pr. Squifflet: “Je pense que chaque femme doit utiliser la protection la plus appropriée à son âge, son rythme de vie et l’importance de son flux menstruel. Bref, celle avec laquelle elle se sent le plus à l’aise. Les manipulations doivent évidemment se faire dans le respect des règles élémentaires de l’hygiène, mais le milieu vaginal n’est pas stérile et n’exige pas de désinfection systématique. C’est pourquoi, pour la toilette intime, je recommande l’eau claire: c’est ce qu’il y a de moins cher et de plus efficace!”

Texte: Marie-Françoise Dispa

Plus d’infos sur les protections périodiques

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin,  maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Contenu des partenaires