Quand la migraine nous prend la tête!

Quand la migraine nous prend la tête!
Alors que le botox vient d’être autorisé au Royaume-Uni comme traitement préventif, les migraineux se réfugient sur les anti-douleurs qui font parfois plus de mal que de bien. Le point sur 6 idées reçues.

Pas la peine de consulter pour un mal de crâne…

Faux!
"La migraine est banalisée, sous-estimée et donc mal traitée» explique le Professeur Michel Vandenheede, neurologue et président du Belgian Headache Society (*). Celui qui se casse une jambe reçoit beaucoup de gestes amicaux de la part de ses amis. Mais, en cas de migraine, il ne bénéficie souvent d’aucune réaction de sympathie! D’autre part, de nombreux patients souffrent inutilement car ils ne trouvent pas le chemin vers des traitements efficaces, aussi bien ceux interrompant rapidement la douleur que ceux diminuant le nombre de crises." Les victimes piochent allègrement dans l’armoire à pharmacie, à la recherche d’un anti-douleur efficace. Sans s’imaginer qu’elles aggravent ainsi la situation, laquelle évolue quelquefois vers des migraines chroniques.

Les anti-douleurs peuvent provoquer des migraines

Vrai!
Le grand risque méconnu lié à l’abus des médicaments, c’est une aggravation des douleurs; ces dernières deviennent rapidement de plus en plus intenses et de plus en plus fréquentes. Une situation courante car les neurologues estiment que plus de 100 000 Belges sont victimes de ces céphalées chroniques dues à la consommation excessive d’antalgiques. "De nombreux patients tentent, via l’automédication, de maîtriser eux-mêmes les crises, signale le Dr Michel Vandenheede. Les antalgiques soulagent la douleur mais ne s’attaquent pas aux causes. Ceux qui en avalent régulièrement, plus de deux jours par semaine, courent le risque de souffrir de céphalées chroniques. Environ 20 à 30 % des patients fréquentant les consultations spécialisées en souffrent au quotidien." Ce phénomène reste compliqué à comprendre, voire à admettre, par les profanes. Et pourtant un PET Scan (une technique d’imagerie cérébrale fonctionnelle) réalisée chez ces personnes montre un fonctionnement anormal de certaines zones cérébrales. Lequel prouve que la dépendance est bien physique et non psychique. Le phénomène devient plus préoccupant encore lorsqu’il y a une absorption excessive d’anti-douleurs dérivés de la morphine, comme la codéine. Afin de rompre le cercle vicieux, une solution radicale: arrêter d’un seul coup tous les morphiniques et limiter très fortement les autres antalgiques.

Tenir un calendrier de la migraine facilite le traitement

Vrai!
La dernière crise a-t-elle eu lieu la semaine dernière ou voici quinze jours? Est-elle liée à d’autres symptômes? A-t-elle surgi après un événement stressant ou un excès de table? Afin d’objectiver les céphalées, de repérer leur fréquence ainsi que les éventuels cycles et de mettre en évidence les facteurs déclenchants, les neurologues conseillent l’utilisation scrupuleuse d’un calendrier. En l’analysant, le praticien parvient à instaurer précocement une thérapie préventive et curative. Et donc à diminuer la prise d’antidouleur. Il existe une version (gratuite et bien pratique) d’un calendrier sur www.echappezalamigraine.be.

C’est la faute au vin, au bruit, aux règles…

Vrai et faux!
La migraine a des caractéristiques qui lui sont propres, la différenciant d’un banal mal de tête. Ainsi, elle est souvent localisée d’un seul côté du crâne. La douleur est lancinante, pulsatile (avec l’impression d’avoir le cœur qui bat dans la tête) et dure entre 4 et 72 heures. Elle s’accompagne quelquefois de vomissements, de gêne à la lumière et au bruit, d’hypersensibilité aux odeurs… Ces manifestations constituent un réel handicap social et professionnel parce que les victimes sont souvent obligées de s’aliter dans l’obscurité et au calme. Environ 20 % des migraines, dites «avec aura», sont précédées de symptômes qui surgissent 20 à 30 minutes avant la crise. Ce sont des points scintillants en zigzag devant les yeux, des engourdissements dans les bras ou au niveau du visage, des troubles de la parole. Lorsque ces signes s’estompent, la douleur s’installe. Si la migraine est d’origine g&eacu

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)