Prendre une bonne résolution

Prendre une bonne résolution
8 lectrices prennent une bonne résolution pour 2009 et vous invitent à les suivre ici pendant 3 mois. Vous voulez vous lancer aussi, voici 7 conseils pour y parvenir.

8 lectrices, 8 résolutions

Linda, Olivia, Bénédicte, Isabelle, Catherine, Candice, Laurence et Virginie ont accepté de relever notre défi: prendre une bonne résolution et tâcher de s’y tenir au moins 3 mois.

Découvrez quelles sont leurs bonnes résolutions, suivez-les au jour le jour dans notre Blog Bonnes Résolutions et encouragez-les à tenir le cap!

 

Mettez toutes les chances de votre côté

Que l’objectif soit modeste ou important, voici 7 trucs pour l’atteindre, selon Valérie Vernimmen, coach en selfcoaching et en créativité chez Prana*.

 

Veillez à ce que votre bonne résolution soit SMART

Comme Spécifique-Mesurable-Accessible-Réaliste-inscrit dans le Temps.
Par exemple: «Je vais travailler ma condition physique» est trop vague. Mieux vaut dire: «D’ici trois semaines, je veux monter trois étages sans arriver essoufflée.» C’est mesurable, c’est fixé dans le temps, c’est spécifique. En termes de réalisme, vouloir perdre 20 kg si vous en pesez 60 n’est pas très sage. Par contre, perdre 3 ou 4 kg est possible.

 

Fixez-vous des sous-objectifs

Plus l’objectif est considérable, moins on s’y attelle. D’où l’importance, de le fractionner en étapes datées.
Exemple: «C’est décidé, cette année, je prends le train pour aller au boulot.

  • Pour la semaine prochaine, je me procure les horaires et je fais le mien.
  • La semaine suivante, je prends le train au moins une fois.
  • Pour la fin du mois, je prends le train au moins deux fois par semaine
  • Dans 3 mois, je prends le train tous les jours.»

 

Y croire – espérer – s’y attendre

Il faut que ces trois conditions soient remplies: c’est souvent là que le bât blesse. Par exemple, quelqu’un qui espère arrêter de fumer croit que c’est possible, espère y arriver mais, inconsciemment, ne s’y attend pas. Dans l’absolu, on sait que c’est possible d’arrêter de fumer mais on ne s’y voit pas.

Autre exemple: «Une de mes collègues se cherchait une remplaçante parce qu’elle avait décidé de faire un bébé. Or, systématiquement, les candidates se désistaient en dernière minute. Elle s’est rendu compte qu’en fait elle n’avait envie ni d’être enceinte ni d’arrêter de travailler. Sa décision venait d’une croyance inconsciente que c’est mieux d’avoir un enfant avant 30 ans. Mais elle n’adhérait pas à l’idée et envoyait des signaux en ce sens.»

 

Visualisez-vous dans la situation

Essayez de vous placer virtuellement dans la situation que vous cherchez à atteindre, avec le plus de détails possibles. Imaginez ce que vous voyez, ce que vous ressentez, comment votre entourage réagit, ce que vous entendez, si vous vous sentez en adéquation avec cet état.

Par exemple, si votre objectif est d’être plus à l’aise pour parler en public, voyez-vous en train de le faire, en sentant et voyant les autres qui vous écoutent avec attention, vous applaudissent. N’hésitez pas à forcer le trait; le cerveau est friand d’images.

 

Vérifiez le bien-fondé de l’objectif

Se vivre dans la situation permet aussi de vérifier si, dans son for intérieur, on est vraiment heureux avec ce nouvel état. On peut aussi mieux comprendre pourquoi on le repousse depuis des années, pourquoi on ne dégage pas du temps pour le réaliser. Et dépasser certaines peurs.

 

Effacez l’ancien scénario

C’est la meilleure façon de dégager plus de place pour le suivant. Par exemple, si vous souhaitez manger moins, téléportez-vous d’abord en pleine crise de boulimie. Ensuite, visualisez-vous en train d’effacer cette scène avec un frotteur. Puis remplacez cette image par celle de la fin du processus, la plus aboutie possible. Vous y êtes rayonnante, vêtue d’une jolie petite robe.

Une fois que votre cerveau a assimilé cette scène dans tous ses ressentis, vous y aurez accès très vite, à la demande, sans refaire tout le processus.

 

Ecrivez-vous une lettre

C’est un truc qui fonctionne souvent. Au moment où vous prenez votre bonne résolution, vous l’écrivez sur une lettre que vous vous adressez: «Dans les 6 prochaines semaines, voici les étapes que je veux franchir.» Et vous confiez la lettre à un ami en lui demandant de la poster 6 semaines plus tard.

«Cela a fonctionné par exemple avec une dame qui, depuis des années, voulait écrire un livre. Pour démarrer, elle avait envie de séjourner seule dans un grand hôtel pour puiser des idées dans l’observation de la clientèle. Elle s’était fixé ce sous-objectif avec le 15 décembre comme date butoir pour recevoir la lettre. Le 12, elle avait réservé la chambre ».

* Merci à Valérie Vernimmen, Pr

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)