L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. Cliquez ici pour régler vos préférences en matière de cookies et afficher le contenu.
Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Getty Images

Comment revenir en forme des vacances?

Reboostantes les vacances? Oui, à condition d’éviter les moments piégeux et les ennuis de santé. Florilège.

Y A UN TRUC QUE JE NE DIGÈRE PAS

Où est le souci?

Sur le podium des cauchemars de vacances, la turista garde une bonne place! Le diagnostic est aisé avec l’apparition subite de nausées, vomissements et diarrhées. Gênants mais également susceptibles de provoquer une déshydratation sévère. Le trouble est parfois difficile à prévenir… Néanmoins vous diminuerez les risques en vous lavant fréquemment les mains avec une solution hydro-alcoolique, en évitant les mets crus, les bouteilles d’eau non scellées, les glaçons et les fruits épluchés… Même le brossage des dents devrait s’effectuer avec une eau embouteillée si vous séjournez dans un pays où l’eau courante n’est pas potable.

Quelles solutions?

Mettez votre estomac à la diète, en ne buvant que de l’eau, des bouillons, des tisanes… Voire des colas dégazéifiés aux vertus antivomitives. Si le repos n’est pas envisageable, des médicaments antidiarrhéiques efficaces sont disponibles en pharmacies.

Et les jours suivants?

En 24 h, les manifestations digestives s’apaisent. Le signe qui ne trompe pas? La faim revient! Afin de chouchouter votre flore intestinale de bactéries protectrices, prévoyez une cure de probiotiques durant une semaine (demandez conseil au pharmacien).

J’AI CHOPÉ UNE VERRUE À LA PISCINE

Où est le souci?

Si les piscines sont des milieux favorables aux verrues, c’est parce qu’on y marche pieds nus, sur des sols antidérapants provoquant de minuscules lésions, lesquelles représentent une voie d’entrée pour les virus responsables de ces fameuses verrues. Les germes sont amenés par d’autres baigneurs infectés, laissant des squames cutanées (petites peaux) par terre. Le diagnostic est facile à réaliser: ces excroissances jaunâtres entourées d’un rond gris ont une taille variant de la tête d’épingle au grain de café. Parfois, elles se révèlent douloureuses à la pression.

Quelles solutions?

Le plus simple et le moins cher? La patience car les verrues disparaissent en 2 à 3 ans. Mieux vaut malgré tout, avant de contaminer famille et amis, consulter un dermatologue. Celui-ci utilise fréquemment la cryothérapie, efficace et rapide: cela consiste à éliminer les lésions en y appliquant un bâtonnet d’azote liquide à -196°C. Ce procédé, simplifié, est disponible en pharmacie, sous forme d’aérosol.

Et les jours suivants?

Si vous êtes abonnée aux verrues, portez des sandales autour de la piscine. Le pédiluve reste d’une efficacité relative: comme tous y font trempette, ils sont souvent de vrais bouillons de culture.

J’AI ATTRAPÉ UNE MYCOSE

Où est le souci?

En été, la transpiration et le maillot humide à l’entrejambe sont les plus grands amis des mycoses vaginales. Et ce, en perturbant le pH des organes intimes et en favorisant la prolifération des germes. S’ensuivent démangaisons, pertes, irritations, douleurs…

Quelles solutions?

Certains ovules et crèmes traitantes sont disponibles en pharmacie, sans prescription. Et efficaces, même parfois après une dose unique. Mieux vaut cependant également miser sur la prévention car ce genre de trouble récidive fréquemment.

Et les jours suivants?

Réalisez, matin et soir, une toilette intime avec des produits doux, spécifiquement conçus pour cet usage. A la plage ou à la piscine, gardez un bas de bikini au sec et rincez-vous la zone dès que possible. La bonne idée? Le spray d’eau thermale, riche en minéraux anti-inflammatoires, à vaporiser discrètement aux toilettes. Il existe aussi des probiotiques préventifs. A éviter:les gels parfumés, qui déséquilibrent la flore vaginale.

JE ME SUIS ENDORMIE AU SOLEIL ET ME VOILÀ CRAMOISIE…

Où est le souci?

Vous aviez prévu un léger hâle et vous vous retrouvez écarlate. Il est temps d’envisager une transhumance vers une zone ombrée. Surtout si la peau rouge s’accompagne de maux de tête, nausées, fièvre signant une insolation. Et si vous trouvez que vos coups de soleil sont disproportionnés par rapport au temps d’exposition, analysez votre armoire à pharmacie: certains médicaments (et huiles essentielles) sont photosensibilisants et provoquent rapidement des brûlures.

Quelles solutions?

Filez sous la douche froide et reposez-vous. Buvez de l’eau non glacée, très régulièrement à petites gorgées. Utilisez éventuellement un brumisateur pour rafraîchir le visage et la nuque. Appliquez votre crème après-soleil (rangée au frigo, c’est encore plus agréable) en couche épaisse et conservez-la le plus longtemps possible sur les brûlures. Si les symptômes ne s’améliorent pas ou s’ils touchent un senior ou un enfant, contactez rapidement un médecin.

Et les jours suivants?

En quelques heures de réhydratation intensive, le malaise s’estompe mais les brûlures épidermiques restent douloureuses durant 2-3 jours. Ne lâchez pas votre crème solaire à très haut indice de protection (50+) dès que vous sortez, même en restant à l’ombre, et couvrez-vous le plus possible (vêtements sur les épaules, chapeau…).

Texte: Michèle Rager

Ceci devrait aussi vous intéresser!

Contenu des partenaires