L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Allergies: on réagit!

 Car, même si la rhinite allergique saisonnière, due aux pollens, se taille la part du lion à la …
 Car, même si la rhinite allergique saisonnière, due aux pollens, se taille la part du lion à la belle saison, l’allergie, c’est partout, tout le temps et surtout… de plus en plus!

 Nez qui coule, yeux qui piquent, palais qui démange, oppression, essoufflement, salves d’éternuements … Si vous êtes sensible aux pollens, ces grains microscopiques produits et libérés par les végétaux et transportés par le vent, la rhinite allergique se confond pour vous avec le tristement célèbre «rhume des foins».

Une «saison» qui n’en finit pas!

Malgré son nom, celui-ci menace — en fonction du ou des types de pollens auxquels vous êtes allergique — dès février, avec les premiers pollens d’arbres, sa «saison» se poursuivant de mai à la mi-juillet avec les pollens de graminées, les herbacées, dont l’ortie et l’armoise, prenant ensuite le relais jusqu’au début du mois de septembre. Mais la rhinite allergique peut aussi être provoquée par d’autres allergènes qui ne connaissent pas de saisons, comme les acariens, les poils d’animaux ou les moisissures. «Dans certains pays, comme l’Angleterre et l’Australie, elle touche jusqu’à 50 % de la population, remarque le professeur Charles Pilette, pneumologue responsable du Centre de l’Allergie des Cliniques universitaires Saint-Luc. Et, en Belgique, elle affecte quand même près de 30 % de la population. Or, en plus d’être handicapante en soi, la rhinite allergique peut parfois dégénérer en asthme, maladie dont souffrent 5 à 10 % des Belges.»

Retrouvez la suite de cette article dans votre Femmes du 7 avril 2011