L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Les nouveaux hommes

Ils partagent les tâches ménagères, prennent des congés parentaux, n’ont pas peur d’exercer un métier traditionnellement féminin… Et …
Ils partagent les tâches ménagères, prennent des congés parentaux, n’ont pas peur d’exercer un métier traditionnellement féminin… Et ont un avis bien tranché sur les femmes d’aujourd’hui!

«Je travaille au milieu de 24 femmes»

Pascal, 42 ans, marié, deux enfants, graphiste chez Femmes d’Aujourd’hui.

"Lorsque j’ai été engagé (par une femme!) chez Femmes d’Aujourd’hui il y a 18 ans, il y avait quelques hommes, puis au fil du temps, il n’est plus resté que moi. Je travaille donc tous les jours avec 24 collègues féminines! Mais cela ne me pose pas de problème: je me suis toujours mieux entendu avec les femmes et je me sens plus à l’aise avec elles. Je suis vraiment comme un poisson dans l’eau ici. Il y a un petit côté séduction qui me plaît bien. J’aime écouter leurs conversations, leurs préoccupations et apporter mon point de vue d’homme. Elles m’enrichissent sur la connaissance du féminin, des enfants…, m’apportent des réponses. Ce qui m’est bien utile dans ma relation avec ma propre femme. J’ai l’impression d’être davantage à son écoute, dans la compréhension et la modération…

J’avoue néanmoins que je me sens parfois seul. J’aimerais de temps en temps me couper des sujets de conversation féminins et discuter de choses plus masculines: le foot, la bière, les voitures… Il me semble que ma virilité est un peu étouffée. J’ai aussi un côté sombre que je ne peux (veux) guère manifester, même si je me lâche un peu plus qu’avant. Alors, je l’extériorise dans mes hobbys: les tatouages, la musique hard… Car pas de doute: même si mes collègues déteignent un peu sur moi (j’ai notamment remarqué qu’en cas de conflits, elles n’attaquaient jamais frontalement, ce que je fais désormais également), je reste un vrai homme!

Ce qu’il pense des femmes d’aujourd’hui: «Je trouve qu’elles doivent encore fort se battre, tant dans le monde professionnel qu’à la maison. Tout n’est pas encore acquis. L’homme fait son chemin aussi, mais ce n’est pas encore suffisant. Je suis parfois stupéfait quand je les entends parler des attitudes des hommes qu’elles côtoient: les caricaturent-elles ou sont-ils vraiment comme ça? Je reste un homme qui fait des erreurs, mais j’ai au moins compris que la société évoluait et que nous avions notre part de responsabilités et un vrai rôle à jouer en tant que mari et père. Je n’aurais sans doute pas été le même homme si j’avais travaillé avec des hommes: les femmes vous tirent sans cesse vers le haut!»

Retrouvez d'autres témoignages dans votre Femmes d'Aujourd'hui du 6 juin 2013.

Contenu des partenaires