L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
Getty Images

Les femmes sans enfant et célibataires seraient les plus heureuses

Par Justine Leupe

Être mariée et avoir une maison remplie d’enfants ne sont plus, aujourd’hui, synonymes de bonheur. Les temps ont changé et c’est la science qui nous le dit.

Paul Dolan, Professeur à la London School of Economics, spécialiste en sciences du comportement, a mené une enquête sur le bonheur. Cette dernière nous indique que “le sous-groupe de population le plus sain et le plus heureux est composé de femmes qui ne se sont jamais mariées et qui n’ont jamais eu d’enfants”. Il rappelle que les facteurs qui faisaient le bonheur avant ne le font plus en 2020. Les indicateurs traditionnels (le mariage et l’éducation) utilisés pour mesurer le succès ne témoignent en effet pas du bonheur d’un individu. Paul Dolan explique à nos confrères de The Guardian: “Les femmes mariées se disent plus heureuses que les autres sous-groupes de la population uniquement lorsque leur conjoint est dans la pièce quand on leur pose la question. Quand le conjoint n’est pas présent, mon dieu, c’est misérable”. Le marié aurait donc une certaine emprise sur la pensée de son épouse lorsqu’il est à côté d’elle.

L’homme a besoin d’une femme, l’inverse pas toujours

Le Professeur a mené sa recherche en rassemblant plusieurs études déjà réalisées sur le sujet et il affirme qu’une différence est observée entre le bonheur féminin et masculin. “Nous disposons de bonnes données longitudinales sur les mêmes personnes et je dirais ceci, pour résumer: si vous êtes un homme, vous devriez probablement vous marier; si vous êtes une femme, ne vous embêtez pas. Les hommes profitent du mariage parce que cela les apaise”.

Un mariage n’influencerait pas positivement le niveau de santé des femmes; elles risquent même de souffrir de troubles physiques et mentaux par rapport à leurs amies célibataires. En plus de prendre moins de risques après le mariage, les hommes mariés gagnent souvent bien leur vie et vivent plus longtemps. À l’inverse, les épouses meurent plus tôt que les femmes célibataires et sans enfant.

“Lâcher la grappe” aux femmes seules

Nuance cependant: être une femme célibataire et sans enfant n’est pas non plus l’apogée du bonheur. Car le statut est, encore aujourd’hui, mal accepté par une partie de la société. “Quand vous voyez une femme célibataire de 40 ans qui n’a pas eu d’enfant, vous vous dites: ‘C’est dommage. Peut-être qu’un jour elle rencontrera le bon gars et que cela changera’. Et bien non, peut-être qu’elle rencontrera le mauvais gars et que cela sera pire”, poursuit le chercheur.

De cette étude, il ressort principalement que les indicateurs qui définissaient le bonheur ne sont plus les mêmes qu’avant et qu’il faut plus que jamais accepter et saluer qu’une femme n’ait pas envie d’enfant, ni de partenaire!

Lisez également ces articles qui parlent du bonheur

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Contenu des partenaires