La météo influence-t-elle notre vie?

La météo influence-t-elle notre vie?
© Getty Images

Qui dit soleil dit sourire et qui dit pluie dit mauvais jour? À cette question, la majorité des personnes répondraient « oui ». Mais il se pourrait bien que le temps n’ait aucune influence sur notre humeur. Oubliez les idées reçues: la réalité est plus nuancée! 

La meilleure journée de votre vie aura peut-être lieu un jour de pluie. Plusieurs études ont démontré qu’aucun lien de cause à effet n’existe entre la météo et l’humeur d’une personne.

D’où vient cette théorie?

De la préhistoire pardi! L’homme a toujours eu besoin du soleil: pour vivre, pour se nourrir, pour se repérer dans le temps… Et lorsque le soleil pointait le bout de son nez, les Homo sapiens étaient heureux, ils pouvaient chasser sans trop de souci, leurs cultures allaient tout doucement se développer et ils pouvaient profiter des rayons pour se réchauffer.

Conclusion, très vite, le soleil a été associé à quelque chose de positif parce qu’il facilitait le quotidien. Et des milliers d’années plus tard, cette pensée persiste. Pourtant, en 2020, en Occident, nos maisons sont équipées de chauffage, nous pouvons nous couvrir s’il pleut, cultiver sous serres… Bref, nous pouvons continuer à vivre même si la météo n’est pas au rendez-vous!

Notre humeur varie-t-elle selon la couleur du ciel?

Dès le mois d’octobre, avec l’arrivée de l’automne, notre moral n’est plus au beau fixe, et la fatigue gagne du terrain. Chacun attend alors avec impatience l’arrivée du printemps qui redonnera un petit coup de fouet à notre humeur. Quand arrive l’été et que le ciel est gris, les pluies sont nombreuses et les températures proches des 15°C, on se dit que notre été est raté, du moins, c’est ce que l’on pense.

Tout ceci ne serait que fausses croyances

Pourtant, des scientifiques se sont déjà penchés sur le sujet, et aucun lien flagrant n’a été observé entre la météo et notre santé mentale. Des bénévoles ont dû répondre à des questionnaires évoquant le temps, mais aussi leur humeur, et il ressort que ce n’est pas parce que le ciel est secoué par des variations de températures, la pluie ou des nuages gris que notre humeur fera de même. Le professeur de psychologie David Watson explique dans son livre Mood and Temperament (Guilford Press) que « plus le nombre de participants à ces études était élevé, moins on a trouvé de corrélation ». Et ajoute: « plus il fait beau, plus les gens sortent et rencontrent d’autres personnes. Et l’on sait que les interactions sociales sont bonnes pour le moral. On devrait donc retrouver une influence et, bizarrement, on ne la retrouve pas ». Nous soutenons mordicus que le soleil nous met le sourire aux lèvres, mais c’est avant tout une question de… croyance culturelle!

Mais pourquoi parle-t-on de dépression saisonnière alors?

Ce type de dépression ne peut être nié. Elle touche jusqu’à 7% de la population, et principalement les femmes habitant les pays à climat continental, là où les saisons sont bien marquées.

Il semblerait que cette grosse baisse de moral n’ait en réalité que très peu de lien avec la météo, elle est chronique, elle revient donc chaque année à la même période (entre octobre et février). Les personnes touchées se sentent fatiguées, tristes, abandonnées, ont du mal à se concentrer… Mais cette maladie mentale est en fait liée à la luminosité, beaucoup plus faible en automne et en hiver que durant l’été.

La lumière y est pour quelque chose

Ce qui est certain, c’est que c’est la lumière qui joue sur notre humeur, pas directement la météo. La lumière aide le corps à adapter son horloge interne. Elle permet de déterminer quand il faut être dans une situation d’éveil, quand il faut dormir… En effet, lorsque la luminosité est plus faible, notre cerveau produit moins de sérotonine (hormone de la bonne humeur) et plus de mélatonine. Cette dernière est aussi appelée « l’hormone du sommeil ». C’est elle qui régule le rythme chronobiologique de notre corps avec la sérotonine.

Les conseils d’Alain Héril, auteur de Pour surmonter la dépression saisonnière (Éditions Buissière): sortez au moins une heure par jour, laissez entrer un maximum de lumière chez vous, faites de l’exercice physique, de préférence à l’extérieur, prenez des oméga-3 et du magnésium, méditez et apprenez à contrôler vos émotions. La luminothérapie fonctionne aussi très bien: il s’agit de s’exposer à une lumière forte (10.000 lux) 30 minutes chaque matin. Enfin, sachez que la dépression saisonnière peut surgir en été, avec les mêmes symptômes, à cause d’un excès de lumière cette fois!

Ces trois articles pourraient vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)