Enquête Femmes d’Aujourd’hui: les Belges reçoivent pour 208€ de cadeaux de Noël

Enquête Femmes d'Aujourd'hui: les Belges reçoivent pour 208€ de cadeaux de Noël
© Thanakorn Phanthura/Pexels

Sapins et repas de Noël, résolutions pour l’an neuf: les Wallons et Bruxellois francophones comptent bien célébrer les Fêtes comme avant! Notre grande enquête* fait le tour des habitudes et des besoins de chacun.

80,5% des francophones wallons et bruxellois l’affirment: cette année, ils fêteront Noël et Nouvel An comme avant: avec la famille, les cadeaux sous le sapin, les illuminations, les marchés de Noël, le champagne au réveillon, le cougnou au petit-déjeuner (voire l’inverse!). Même si 19,5% sont encore frileux et qu’on espère de toutes nos forces avoir la liberté cette année de faire la fête comme on le souhaite, a priori, les “fêtekes” de l’an dernier, basta, c’est terminé! “D’après ce que j’ai pu voir dans mon cabinet, constate Sally Das, psychologue, le fait d’avoir dû fêter Noël et Nouvel An en petit comité a été une véritable catastrophe pour les Belges. Ils ont très mal vécu d’avoir été privés de leurs proches, de ne pas pouvoir les embrasser. Même s’ils en comprenaient la raison, cela a été un véritable déchirement”.

Une parenthèse enchantée

Cette frustration est bien compréhensible quand on voit quelle importance nous accordons à Noël: 78,8% des Belges francophones estiment cette période de l’année très ou plutôt importante. Elle suscite chez 70% d’entre eux joie ou enthousiasme. “La période des fêtes est un moment que l’on attend toute l’année, estime Sally Das. C’est l’occasion de se poser, d’échanger des cadeaux, de profiter d’une ambiance magique, sorte de parenthèse enchantée qui fait oublier les soucis du quotidien”.

La raison principale de cet enthousiasme? Revoir ses proches. Car Noël (un peu moins le Nouvel An) est avant tout une fête familiale que l’on passe chez soi, de préférence en cuisinant de ses propres mains. “C’est un moment de partage, ajoute Sally Das, de réunion avec des proches qu’on n’a pas toujours le temps ni la possibilité de voir”.

Dans la plus pure tradition

C’est un grand enseignement de notre enquête: les fêtes de fin d’année, c’est avant tout les traditions. Rien de surprenant donc dans les chiffres ci-dessous. “Ces fêtes doivent rester rassurantes, commente Alexandra Balikdjian, psychologue de la consommation à l’ULB. On sait ce qu’on va manger, on sait quel type de cadeaux on va recevoir, ce sont des traditions que l’on aspire à retrouver. Cela n’empêche pas d’introduire des petites nouveautés au fil du temps, en lien avec les grands changements de société: des alternatives pour les invités végétariens, des cadeaux un peu plus écologiques… Les fêtes de l’an dernier, en bousculant nos traditions et en suscitant notre créativité, vont peut-être laisser des traces: prendre l’apéro dans le jardin, faire une longue balade en famille, s’abstenir de venir si on est malade…”

Lire la suite gratuitement!
Pour un accès illimité à Femmesdaujourdhui.be, créez votre compte gratuitement! Cela vous prendra moins d’une minute, c’est promis.
...

Texte: Christelle Gilquin/Enquête: Linda Scheerlinck

Plus d’articles sur Noël:

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)