Cap ou pas cap de passer 30 jours sans vous plaindre? Rejoignez le défi!

Cap ou pas cap de passer 30 jours sans vous plaindre? Rejoignez le défi!
Getty Images

L’année dernière, 32.000 personnes avaient pris part au défi « 30 jours sans râler ». Face au succès de cette première édition, un second round sera organisé du 1er avril au 1er mai. Le but: inciter les gens à retrouver un mode de pensée positif et améliorer le bonheur des Belges! Alors, prête à relever le défi?

Le Movember, l’Inktober, ou encore la Tournée Minérale…  Depuis quelques années, les challenges de 30 jours ont la cote. Le mois d’avril 2019 sera consacré aux pensées positives avec le challenge « Kies Positief », qui consiste à passer 30 jours sans se plaindre.

30 jours sans se plaindre

Il fait trop froid, le train est en retard, le café est mauvais, la file est trop longue… Nous avons toujours une bonne raison de nous plaindre. Une problématique à laquelle il est grand temps de remédier, selon Olivier Schalbroeck, Sofie Lenaerts, Diederik Joukes, Sigrid Voorspoels, Isabelle Gonnissen et Gilles Delvaulx, instigateurs de ce challenge, également soutenu par la Ministre de la Santé Maggie De Block.

Comment participer?

Vous avez tendance à voir la vie en noir? Le verre à moitié vide? Bonne nouvelle: être optimiste, ça s’apprend! En vous forçant à n’avoir que des pensées positives pendant un mois, vous constaterez certainement déjà de fameux progrès. En vous inscrivant sur la page Facebook et le site Internet de l’événement, vous profiterez en outre des conseils avisés des organisateurs du défi. Alors, mettez tout de suite les idées obscures au placard, car le bonheur attire le bonheur. À vos sourires, prêt, go!

Se plaindre n’apporte aucune solution, la preuve en vidéo:

Ceci pourrait également vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, parentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)