“Balance Ta Start-up” dénonce les pratiques douteuses de la marque de bijoux LÕU.YETU

"Balance Ta Start-up" dénonce les pratiques douteuses de la marque de bijoux LÕU.YETU
Getty Images

La marque de bijoux LÕU.YETU n’a plus bonne presse depuis quelques jours. Les membres ou ex-membres de la start-up dénoncent les pratiques douteuses utilisées par le label, et ce, via un compte Instagram.

Les apparences sont souvent trompeuses. C’est ce qu’a voulu mettre en lumière le compte Instagram Balance Ta Start-Up, dont le leitmotiv est de dénoncer tous les abus dans les petites entreprises où il devrait, normalement, faire bon vivre.

Start-up = ambiance cool?

“Compte dédié à dénoncer les abus de la start-up nation. Parce que le baby-foot c’est cool, mais le droit du travail c’est encore mieux”. Voilà la description du compte Instagram Balance Ta Start-Up lancé en janvier. Dans le viseur, plusieurs starts-up: Doctolib (site pour trouver des consultations médicales), Swile (application pour faciliter la vie d’équipe au boulot), Lydia (application pour gérer son argent), Merro photo (entreprise qui aide les photographes à développer leurs activités et compétences) et bien d’autres. Mais si le compte fait aujourd’hui parler de lui, c’est pour avoir révélé les dessous de la marque de bijoux LÕU.YETU.

LÕU.YETU, une start-up loin d’être bienveillante

Le site de l’enseigne est plutôt léché, les bijoux en plaqué or sont dans l’air du temps. Une marque jeune, seulement cinq bougies soufflées, qui semble être pleine de bonnes intentions et de peps. Peut-être un peu trop, si on se réfère aux accusations faites par ses (ex-)employés: travail jusqu’à pas d’heure, harcèlement moral, licenciements abusifs…

Pour mieux comprendre, on a capturé un témoignage assez parlant sur le compte Balance Ta Start-Up qui a recoupé ses sources avant de diffuser l’info.

1 Témoignage LÕU.YETU

2 Témoignage LÕU.YETU

3 Témoignage LÕU.YETU

4 Témoignage LÕU.YETU

Communication mensongère

Au-delà du traitement peu humain dont fait preuve l’entreprise et sa jeune directrice envers ses employés, il semblerait qu’elles bernent également ses clients. Sur son site, LÕU.YETU vend ses jolies pépites comme imaginées et créées en France: “Dans notre atelier parisien, nous privilégions le savoir-faire français de nos artisans qui conçoivent toutes nos pièces. Chaque bijou est imaginé pour résister aux vies à 1000 à l’heure, à l’eau, aux maladresses. L’or qui recouvre nos bijoux est un or éthique 18 carats. Un or calibré à la patine unique confectionné sur-mesure pour LÕU.YETU par notre partenaire parisien. Les bijoux sont plongés 7 fois dans des bains d’or à 70 degrés pendant 3 minutes. C’est ce qui permet d’assurer leur plaquage or 3 microns et leur résistance face aux outrages du temps”.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by LÕU.YETU (@louyetuparis)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Des bijoux made in China

Pourtant, ces bijoux en plaqué or, apparemment conçus pour durer, sont loin d’être éthiques. En effet, le “made in France” est remis en cause par les employés de l’entreprise qui se sont exprimés en nombre. Ainsi, Balance Ta Start-up a reçu des témoignages indiquant ceci: “Tout est fabriqué en Chine et en Thaïlande et oui, elle (la fondatrice) achète rue du Temple (une rue parisienne qui regroupe les grossistes en bijoux). La production home made est extrêmement minime, les conditions de travail en atelier ne sont pas aux normes, elle exploite les gens, fixe les salaires à la tête du client”.

Pour l’instant, la marque n’a pas encore réagi à cette affaire, mais elle a interdit les commentaires sur certaines de ses publications Instagram où fusaient les critiques. LÕU.YETU a d’ailleurs perdu des dizaines de milliers d’abonnés depuis la sortie du scandale. Une histoire désolante qui montre à quel point il est difficile de déceler les vices (éthique, durabilité, fabrication locale…) dans le monde de la joaillerie.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon
Pour découvrir des marques belges, c’est par ici

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)