L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
Shutterstock

C’est prouvé: retenir un éternuement peut avoir de graves conséquences

Par Liza De Wilde

Vous êtes en plein milieu d’une réunion, et là, c’est le drame: il vous vient une envie irrépressible d’éternuer. Avec le silence qui règne dans la pièce, vous n’avez pas d’autre choix que de réprimer votre “atchoum”. Et pourtant, vous devriez éviter ce réflexe à tout prix! Des chercheurs ont démontré que de retenir son éternuement pouvait s’avérer dangereux pour la santé.

Selon une étude menée en 2018 par la revue médicale BMJ Case Reports, il faut absolument éviter de se boucher le nez ou de fermer la bouche en cas d’éternuement. En effet, ce réflexe pourrait avoir de graves conséquences comme de causer une perforation du larynx ou de percer un tympan. Dans les cas les plus extrêmes, retenir un éternuement pourrait même endommager les vaisseaux sanguins présents dans votre cerveau.

Sensation de craquement au niveau du cou

Les chercheurs rapportent un cas de rupture spontanée du pharynx après un éternuement violent. Le patient, un jeune homme en bonne santé âgé de 34 ans, a été admis aux urgences avec de vives douleurs en avalant et un changement de voix. Il a également décrit une sensation de craquement au niveau du cou et un gonflement de ce dernier après avoir essayé d’arrêter un éternuement en se pinçant le nez et en tenant sa bouche fermée.

Déchirure de l’arrière-gorge

Les résultats de la radiographie du cou sont sans équivoque: en réprimant son éternuement, la pression de l’air est devenue trop forte, jusqu’à créer une déchirure au niveau du pharynx.

Traitement

Le patient a dû rester à l’hôpital en raison du risque de progression de l’infection du cou, ou même d’une infection du thorax. Il a été nourri par un tube nasogastrique et a reçu des antibiotiques par perfusion. Ses symptômes se sont finalement résorbés au bout d’une semaine et le patient a pu rentrer chez lui.

En conclusion, il vaut mieux faire un peu de bruit que de prendre de tels risques!

Ces articles pourraient également vous intéresser:

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, parentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.