L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
©Pexels/Unsplash

Flexitarisme, abolitionnisme, welfarisme… Quelles différences?

Les termes employés pour désigner les différents styles de vie et régimes alimentaires se multiplient. Du végétarisme au welfarisme, en passant par le flexitarisme… Difficile parfois de s’y retrouver. On vous dit tout sur ces nouvelles tendances food, grâce à ce petit guide de l’alimentation.

Le souci de la protection de la vie des animaux et de la préservation de la biodiversité a provoqué l’émergence de nouveaux modes de consommation alimentaire aussi divers que variés. Entre flexitarisme, végétarisme, végétalisme, véganisme, welfarisme, abolitionnisme et antispécisme, on finit parfois par s’y perdre. Voici leurs définitions pour y voir plus clair.

Végétarisme

Le végétarisme exclut de l’alimentation les produits issus de l’abattage des animaux. Les végétariens ne mangent donc ni viande, ni poisson, ni crustacé, ni mollusque, ni caviar, ni présure, ni gélatine, mais ils consomment des œufs, des produits laitiers et du miel.

Flexitarisme

Le flexitarisme consiste à appliquer avec souplesse le régime végétarien, ou plutôt à réduire sa consommation de produits issus de l’abattage des animaux. Les flexitariens ne mangent habituellement pas de viande ou de poisson, mais ils s’autorisent des exceptions lors d’occasions particulières.

Végétalisme

Le végétalisme exclut de l’alimentation toute chair animale et tous produits d’origine animale, même si ceux-ci n’ont pas provoqué la mort de l’animal. Les végétaliens ne mangent donc pas d’œufs, de lait ou de miel.

Véganisme

Le véganisme refuse toute forme d’exploitation ou de cruauté envers les animaux, que ce soit pour l’alimentation, l’habillement (cuir, fourrure, laine), l’hygiène (carmin, cire d’abeille), les loisirs (cirque, corrida, aquarium) ou toute autre chose. Il condamne également les tests sur les animaux.

Welfarisme

Le welfarisme œuvre pour le bien-être animal. Les welfaristes s’opposent à l’élevage industriel et lui préfèrent l’élevage à petite échelle, où les animaux sont traités sans cruauté.

Abolitionnisme

L’abolitionnisme s’oppose au welfarisme. Les véganes abolitionnistes prônent l’abolition pure et simple de toutes formes d’exploitation animale par l’Homme. Le statut de « propriété de l’animal » est ici remis en cause.

Antispécisme

L’antispécisme condamne les discriminations basées sur l’espèce, en faveur des humains, qui seraient – selon les spécistes – supérieurs à l’ensemble des êtres vivants. D’un point de vue antispéciste, toute vie doit être respectée.

Ceci pourrait également vous intéresser

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.