Pourquoi les parents ont-ils tant de mal à s’excuser?

Pourquoi les parents ont-ils tant de mal à s'excuser?
© Getty Images

Il est souvent bien difficile pour un parent, qui tente d’avoir une certaine autorité sur ses enfants, de reconnaître ses torts et de s’excuser. Une coach en parentalité nous explique pourquoi.

Demander pardon quand on a fait une erreur ou blessé quelqu’un est un principe d’éducation que tous les parents souhaitent inculquer à leur progéniture dans le but qu’ils deviennent des personnes bienveillantes. Et pourtant, il est souvent très difficile pour un papa ou une maman de s’excuser lorsqu’ils fautent… L’avez-vous remarqué? Selon Maeliss Layeux, coach en parentalité, cette difficulté serait due à deux choses: notre conception de la parentalité, mais aussi le rôle que la culpabilité joue sur notre bien-être.

“J’ai du mal à m’excuser auprès de mon enfant”: une question de modèle…

“Pendant longtemps, on a eu comme modèle parental l’adulte qui sait tout mieux que les enfants et qui a toujours raison. Aujourd’hui, les mentalités évoluent, et heureusement! On comprend peu à peu qu’en tant que parent, on fait aussi des erreurs de jugement, qu’on peut se sentir dépassé par la situation ou simplement ne pas savoir quoi faire. Le problème est que les vieux modèles parentaux persistent et les adultes ont souvent l’impression que s’ils s’excusent, ils risquent de perdre leur autorité parentale”, nous confie l’experte en éducation positive.

…et de culpabilité

Mais à en croire Maeliss Layeux, ce n’est pas la seule explication: “Faire la démarche de s’excuser implique aussi que l’on reconnaisse ses erreurs et que l’on se remette en question. Et si cela est bénéfique pour évoluer en tant que parent, cela ouvre la porte à un sentiment peu agréable: la culpabilité. On va se sentir nul en tant que parent, pas à la hauteur… Cette émotion est assez désagréable à ressentir. Alors on va préférer ne pas reconnaître notre erreur pour éviter cette souffrance… Mais du coup, on n’arrive jamais jusqu’à la démarche de s’excuser, puisqu’il faut pour cela avoir compris qu’on avait commis une erreur”.

Pourquoi il est important de s’excuser auprès de son enfant?

Si demander pardon à son enfant est une chose difficile, c’est néanmoins essentiel à son équilibre et à la manière dont il va se construire en tant de personne. “S’excuser quand on s’est énervé, quand on a perdu patience ou commis une erreur envoie un message important: c’est humain de faire des erreurs, même les adultes en font”. Un apprentissage qui permettra au petit en pleine construction, selon la coach en parentalité, de comprendre plusieurs choses:

  • Qu’il peut faire des erreurs sans être une mauvaise personne pour autant
  • De ne pas, justement, être en proie au sentiment de culpabilité lorsqu’il fait une erreur
  • Que s’excuser n’est pas un aveu de faiblesse, mais une preuve d’intelligence émotionnelle

Les 3 conseils de l’experte en parentalité pour y arriver

1. Déconstruire l’idée que l’on se fait de l’autorité parentale

La première étape pour la coach en parentalité est de redéfinir la notion d’autorité: “Il est important de comprendre que s’excuser n’est pas un aveu de faiblesse… Au contraire: c’est la preuve que si on n’est certes pas parfait, on est capable de comprendre quand on fait des erreurs, mais aussi de comprendre les émotions de l’autre (tristesse, colère, sentiment d’injustice)… Et c’est de cette manière qu’il faut voir ce geste: comme une preuve d’intelligence, d’empathie et de compréhension. Quel bel exemple pour nos enfants!”.

2. Sortir de la culpabilité toxique

Autre croyance à déconstruire selon l’experte: celle qui nous pousse à croire qu’on est nul quand on commet une erreur. “La culpabilité peut avoir pour conséquence toxique de nous faire perdre notre confiance: on va se dire qu’on n’est pas capable, pas à la hauteur… C’est une conséquence de notre société et de l’image de parentalité parfaite qu’elle véhicule. J’invite tous les parents à sortir de cette culpabilité toxique – et donc peu constructrice – pour se concentrer le côté positif de ce sentiment, qui nous offre la possibilité de comprendre qu’on a fait une erreur, et donc d’apprendre de cette erreur”, nous confie Maeliss Layeux, qui propose d’ailleurs une formation pour se libérer de la culpabilité toxique en tant que parent.

3. Utiliser la communication non violente

Mettez-vous à hauteur de votre enfant – ou asseyez-vous – et exprimez-lui vos ressentis plutôt que de lui rejeter la faute. Ex: “Je suis désolée de m’être énervée, mais j’étais vraiment stressée”. Plutôt que “Je suis désolée mais tu as été très difficile”. Une manière bienveillante de communiquer, qui évite que l’enfant ne ressente de la culpabilité suite à la situation conflictuelle.

Plus de conseils pour les jeunes parents

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)