Parole d’expert: un enfant hypersensible est-il un enfant plus fragile?

Parole d'expert: un enfant hypersensible est-il un enfant plus fragile?

De nombreux parents d’enfants hypersensibles sont en proie à plusieurs difficultés au quotidien, en particulier en ce qui concerne la gestion des émotions. Ils se demandent quel impact cette particularité aura sur la vie de leur enfant, et s’il sera plus fragile. Un expert répond à cette question.

Claudio Abayuba Godoy est thérapeute familial en région bruxelloise, et aide les familles, les parents et les couples (même parentaux) a trouver des outils pour faire face aux difficultés qu’elles peuvent rencontrer. Il nous donne son avis sur le sujet.

Un enfant hypersensible est-il un enfant plus fragile?

On parle de plus en plus d’hypersensibilité, que ce soit chez les adultes ou les enfants. Selon certains spécialistes, près de 20% de la population serait hypersensible. Pourquoi cette particularité est aujourd’hui mise en lumière, surtout dans l’éducation?

En fait, la question que j’ai envie de me poser est surtout: “comment faisaient-ils avant les années 90 pour vivre avec cela?” Y a-t-il aujourd’hui plus de femmes qui meurent du cancer du sein, ou avons-nous aujourd’hui la technique qui nous permet de déceler tout ça? Selon moi c’est exactement la même chose pour l’hypersensibilité. Cependant, il est important de remettre tout ça dans un contexte. En psychologie, cette notion a été explicitée en 1996 par la psychologue clinicienne américaine Elaine Aron. Elle a publié un livre “The Highly Sensitive Person”, sur les individus avec des mesures élevées de sensibilité de traitement sensoriel. C’est une des premières fois que l’on entendait parler d’hypersensibilité.

Elle a mis en avant la notion de personne hautement sensible, ou ultrasensible, pour désigner les personnes présentant une sensibilité supérieure à la norme. Ces termes sont jugés moins péjoratifs que le terme “hypersensible”, et donc préférés par les psychologues spécialistes du sujet. Celle-ci cite, dans son ouvrage, une étude dans laquelle des neuro-scientifiques ont fait passer des scanners à des personnes hypersensibles et à des non-hypersensibles. On leur a demandé de regarder attentivement deux photos différentes pour identifier les différences: il se trouve que les scanners ont montré que les personnes hypersensibles avaient une activité cérébrale plus intense dans la zone de perception et de traitement des informations.

Et qu’est-ce qu’un enfant hypersensible?

L’appellation de ce symptôme laisse entendre qu’il y a une sensibilité plus haute que la moyenne. C’est une manière différente, plus intense et plus fine de percevoir, mais aussi de traiter les informations. Selon les dernières recherches traitant de l’hypersensibilité, cette caractéristique concernerait 15 à 20 % de la population de par le monde, comme vous le stipulez dans votre question. Et évidemment, les enfants ne font pas exception.

Pour savoir si une personne est hypersensible, il serait plus simple d’énumérer une liste de caractéristiques propres. Mais il est important de savoir qu’il existe autant d’hypersensibilité que d’hypersensibles. Par exemple, une personne hypersensible peut être très introvertie, se mettre en retrait, alors qu’au contraire une autre aura tendance à être très démonstrative quand il s’agit de ses émotions. Néanmoins, dans son ouvrage “Mon enfant est hautement sensible”, le Dr Elaine Aron liste 17 affirmations auxquelles les parents soupçonnant une hypersensibilité chez leur enfant doivent répondre “vrai” ou “faux”. En voici quelques-uns:

  • Un traitement profond des informations: ils ont besoin de comprendre les choses en profondeur, de temps pour observer, analyser, avant de s’engager, etc.
  • Une propension à être facilement sur stimulé: les personnes hypersensibles sont non seulement plus conscientes de ce qui se passe à l’intérieur d’elles, mais aussi à l’extérieur. Elles traitent également ce grand nombre d’informations de façon plus intense que les autres. Dans ces conditions, il est normal d’être sur-stimulé. Les hypersensibles remarquent plus de choses que les autres, et ils y pensent souvent, de manière intense. Il est donc facile d’imaginer les crises (souvent déstabilisantes et déroutantes pour les parents), mais aussi le manque de tolérance au changement, au stress, à la frustration… Tous leurs sens sont exacerbés, ils sont plus sensibles aux odeurs, aux bruits, au toucher (les pulls qui grattent par exemple). Attention de ne pas confondre les troubles sensoriels avec un traitement sensoriel plus élaboré. Il est évident que tous les enfants deviennent excités et agités après des journées chargées en émotions, mais le seuil de tolérance au stress est beaucoup plus bas chez les enfants hypersensibles, et cette sur-stimulation semble les faire souffrir.
  • Des réactions vives d’un point de vue émotionnel, et en particulier une forte empathie naturelle: s’ils sont donc très attentifs à leur environnement, ils sont aussi très réceptifs aux émotions des autres. Et, par conséquent, capables de développer une forte empathie. Ce sont de vraies éponges émotionnelles miniatures! Bianca Acevedo a proposé à des personnes hypersensibles et non-hypersensibles de regarder des photos de personnes. Les hypersensibles ont eu une activité cérébrale plus intense que les autres dans l’insula, la partie du cerveau associée à la conscience, à la vue de photos de visages exprimant une émotion. C’est comme si elles étaient dans un état de conscience renforcée. Par ailleurs, leurs neurones miroirs se sont davantage activés, comme si les personnes cherchaient à mieux comprendre ce que les gens sur les photos pensaient ou ressentaient.
  • La conscience de stimuli subtiles, faiblement remarqués par d’autres: la forte attention aux sons, aux odeurs, aux détails, aux matières des vêtements, aux postures et mimiques des personnes est typique des personnes hypersensibles! Cela peut se traduire de plusieurs manières chez les enfants: ils remarquent des changements presque invisibles chez les gens ou dans les endroits, ils refusent d’entrer dans une pièce parce qu’il y a une odeur bizarre, ils sont sensibles aux tons de voix, aux regards, aux expressions corporelles, etc.

Quelques astuces pour l’aider à trouver l’équilibre émotionnel

Comment les parents peuvent-ils aider leur enfant à trouver l’équilibre émotionnel?

En tant que parent, la première chose à faire est d’aider son enfant à apprivoiser ce “super-pouvoir”, et l’aider à maîtriser ce don. Il faut le respecter tel qu’il est. Les enfants hypersensibles ont besoin de se sentir compris et d’être rassurés pour bien grandir, sentir le regard sécurisant du parent. Il est donc important de lui donner une connotation positive à ce qu’il vit, sinon il sera plus complexe de le faire vivre comme étant une expérience positive. Si vous ne le percevez pas comme une force, il le vivra, en miroir, comme une faiblesse. Attention à la répression ou à la dissimulation, parce que cela à tendance à exacerber le sentiment de solitude.

De plus, il est important d’éviter le surplus de stimuli extérieurs. Combien de fois, par facilité, nous sortons du travail, allons chercher les enfants (après 8 heures d’école), nous passons vite au supermarché, avant de rentrer à la maison pour s’occuper des devoirs, du repas… Le tout dans une course folle? Quand on a un enfant hypersensible, il faut apprendre à prendre le temps de se reposer, de permettre à son corps et son cerveau d’avoir le temps de revenir au calme. De cette façon, l’enfant apprendra, en grandissant, à avoir les armes pour vivre dans ce monde avec sa merveilleuse particularité, sans être plus fragile. Il existe plein de moyens pour apprivoiser son hypersensibilité:

  • Décrire ses émotions avec des mots ou des jeux ludiques.
  • Respecter son besoin de temps calme après une activité bruyante ou en groupe, en lui évitant les sur-stimulations inutiles.
  • Lui expliquer qu’il peut faire de cette particularité une force, et avoir un discours positif.
  • L’aider à identifier son point de rupture émotionnel et en parler pour l’éviter à l’avenir.
  • L’aider à faire face aux changements avec le plus de sérénité possible.
  • Le rendre acteur de son quotidien.
  • Répondre à ses questions de manière claire.
  • Ne pas donner trop d’informations en même temps.

Plus d’articles sur l’hypersensibilité

Pour ne rien manquer de nos conseils et actualités, suivez Mamans & Femmes d’Aujourd’hui sur FacebookInstagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter. Sans oublier nos pages Femmes d’Aujourd’hui et Délices!

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)