Ma fille m’’inquiète, dois-je lire son journal intime?

Ma fille m'’inquiète, dois-je lire son journal intime?
© Shutterstock

Votre adolescente est mal dans sa peau, a des fréquentations inquiétantes, ment? Plonger dans son carnet intime pour y trouver des réponses est tentant. Mais l’inquiétude justifie-t-elle pour autant l’intrusion?

Dimitri Haikin, psychologue, nous répond. « Quand notre enfant nous inquiète, il est logique de chercher à comprendre ce qu’il vit. Toutefois, nous devons apprendre à nous contenter des réponses qu’il nous donne et respecter son jardin secret. Le recours aux stratégies intrusives (fouiller dans ses affaires, lire son journal, écouter ses conversations téléphoniques…) n’est jamais acceptable. C’est un franchissement abusif qui s’apparente à un viol psychologique. Chercher à protéger son enfant de la sorte reviendrait à entraver son développement… »

Offrir une présence bienveillante

Tant les stratégies détournées, que les rapports de force ou la culpabilisation sont néfastes à une relation constructive. « Si votre ado vous préoccupe, le moyen le plus efficace pour lui venir en aide, c’est de l’inviter à vous parler. Partez de ce que vous ressentez et ouvrez-lui la porte du dialogue avec bienveillance: ‘Je vois à quel point ce que tu vis est difficile pour toi, et ça me touche/me fait mal/peur… J’entends que tu refuses de m’en parler, mais sache qu’à tout moment, je suis là pour t’écouter.’ Ensuite, inutile d’insister: l’enfant a compris le message. Laissez-lui le temps de décider s’il souhaite y répondre, et quand… »

Une identité construite au fil des pages

Le jeune possède une identité propre qu’il ajuste au fil de ses expériences. L’écriture d’un journal intime peut s’inscrire dans cette dynamique de définition de soi, dans le sens où elle permet de déposer ses émotions et de prendre du recul par rapport à un vécu. « Pour certains parents, ce cahier secret est perçu comme une menace, une trahison; ils ne comprennent pas que leur enfant ne se confie pas à eux. Dans ces cas de fusion, je conseille au parent d’entamer une thérapie. En général, quelques séances suffisent pour recréer un cadre familial sain. L’adolescence est, en effet, une période difficile pour le parent puisqu’elle annonce l’amorce d’une nouvelle vie. »

Quand la rupture est réelle

Rester disponible ne signifie pas devenir trop permissif. « L’adolescent a plus que jamais besoin de limites. Lorsque la rupture semble totale, je pense qu’il vaut mieux travailler sa mise en autonomie, voire le départ de la maison. Contrairement à ce que l’on croit, ce n’est pas synonyme d’échec. C’est même bénéfique lorsqu’il y a une difficulté des parents à respecter le ‘territoire’ du jeune. Il m’est arrivé d’accompagner des familles dans ce départ. Quelques mois plus tard, parents et enfant avaient retrouvé une relation plus sereine, le jeune disposant (enfin) de la possibilité de cultiver son jardin secret, sans craindre l’intrusion de l’autre. »

Journal intime: le lire ou ne pas le lire?

Philippe Lejeune, spécialiste de l’écriture autobiographique, co-fondateur de l’Association pour l’autobiographie, répond à nos questions.

Lire ou ne pas lire le journal intime de son adolescent?

« Les témoignages que j’ai recueillis sont unanimes: lire le journal de son enfant aboutit, neuf fois sur dix, à des catastrophes. En plus d’une intrusion non justifiable, cette lecture n’apporte pas de vérités claires et simples. Le journal regorge d’exagérations, de fantasmes, de non-dits. Dès lors, le risque est grand pour la personne indiscrète de lire sur elle-même des choses désagréables ou de mal les interpréter. »

Le journal intime est-il une pratique exclusivement féminine?

« Les filles écrivent beaucoup plus que les garçons, en particulier des journaux intimes. Les 11-14 ans en raffolent tandis que les garçons ricanent et n’avoueraient pour rien au monde qu’ils en tiennent un. Pourtant cela arrive… À partir de 20 ans, la tenue d’un journal a tendance à se perdre et filles et garçons se retrouvent quasiment à égalité devant cette pratique. »

Vous avez des enfants? Ceci pourrait également vous intéresser:

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, nos comptes Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)