Le racisme expliqué aux enfants…

Le racisme expliqué aux enfants…
Corbis

L’enfant n’est pas raciste par nature. Vierge de tout préjugé, il va vers les autres de façon spontanée, sans a priori. D’où l’importance de l’habituer à la différence. Voici quelques conseils de psys âge par âge. 

Les jeunes enfants réalisent à peine les différences tout seuls. «Ils n’ont aucun préjugé», explique Diane Drory, psychologue et spécialiste de la petite enfance. «Mélangez des enfants de tous les pays, aucun stéréotype préconçu ne les empêchera d’aller les uns vers les autres. Ils vont jouer, communiquer, grâce aux signes, aux mimiques. Ils sont de façon naturelle dans l’hyper spontanéité, quelles que soient les origines, la couleur de la peau, la langue ».

Âge par âge, pour les habituer à la différence

Avant 6 ans

Habituez l’enfant à banaliser la différence. N’hésitez pas à lui offrir une poupée noire de peau ou aux traits asiatiques. Evitez les remarques du type «Il a volé ton quatre heures? Comme par hasard, il est d’origine arabe» ou «Elle est nulle en maths, forcément, c’est une fille». Cela conduit au racisme et au sexisme ordinaires, deux formes d’intolérance encore trop largement répandues dans les cours de récréation.

À partir de 6 ans

C’est l’âge où il commence à développer son esprit critique, à avoir ses propres jugements. Donnez-lui le goût de la différence, de la mixité, du vivre ensemble. Essayez de façon ludique: mangez au resto libanais ou chinois, emmenez-le dans une épicerie où l’on trouve des produits turcs ou africains, montrez-lui comme l’on peut s’enrichir au contact des différentes cultures.

Vers 12 ans

À la pré-adolescence, les différences sont souvent rejetées en bloc au profit de l’uniformisation. C’est l’époque de l’hyper mimétisme et aussi celle où ils peuvent intégrer pas mal de données grâce à la scolarité. Un moment idéal pour aborder le racisme sous l’angle de l’histoire, de la géographie, des récits, des romans…

Tout au long de l’adolescence

L’enfant revendique sa différence, son style et est hyper sensible à la discrimination. Il peut être lui-même victime de racisme ordinaire, parce qu’il est gros, trop petit, etc. A contrario, il peut harceler un camarade sous prétexte qu’il est différent. Votre rôle d’adulte (parent ou non) est primordial pour l’aider à ne pas s’enliser dans l’intolérance, subie ou imposée aux autres.

Pour aller plus loin

  • Aimer ses enfants ici et ailleurs, Marie-Rose Moro, éd. Odile Jacob
  • L’intégrale deTous Français d’ailleurs, éd. Autrement Jeunesse
  • Notre Histoire, Lilian Thuram & Jean-Christophe Camus, éd. Collection Mirages

Découvrez aussi ces articles sur le racisme!

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)