Ce message d’une maman belge va faire du bien à tous les parents confinés

Ce message d'une maman belge va faire du bien à tous les parents confinés
© Getty Images

Françoise Leroux, psychologue, est une maman confinée de deux enfants. Sur le site de la RTBF et du Vif, elle lance un message à tous les parents confinés: “Foutez-vous la paix”. Un billet d’humeur qui fait le tour des réseaux sociaux comme un appel au lâcher prise.

“Chez nous, en nous réveillant le second dimanche du confinement, on a décidé qu’il n’y aurait dorénavant plus de règles ce jour-là de la semaine. J’étais au bout de ma vie. Tellement épuisée que j’avais super envie que les enfants aient réunion Baladins et Louveteaux, pour pouvoir aller bruncher avec mon homme dans un de ces endroits pleins de bruit et où on allait être hyper serrés, mais tellement heureux d’avoir la chance d’y avoir trouvé une table pour deux. En fait, j’avais besoin d’une pause, d’un break, d’un peu de temps pour faire autre chose qu’entendre leurs ‘Maman, regarde’ ou plutôt leurs ‘Mamaaaaaan?????” .

C’est de cette manière que débute le billet d’humeur écrit par Françoise Leroux, psychothérapeute et maman confinée avec ses enfants de 7 et 8 ans, pour le site de la RTBF. Complètement épuisée par les diktats de la mère parfaite en confinement, elle explique combien elle s’est sentie plus apaisée après avoir arrêté d’imposer des règles de confinement à toute sa famille.

Et si on arrêtait de se mettre la pression?

Cette maman explique avec beaucoup d’honnêteté qu’occuper ses enfants à longueur de journée est épuisant, et surtout combien ce confinement peut être compliqué lorsque l’on doit gérer le travail et les enfants au quotidien, sans avoir l’occasion de décompresser: “Vous savez, je n’ai jamais aimé m’occuper de mes enfants à longueur de journée, que ce soit à la maison, toute l’année ou en congé. C’est pour ça que j’adore les stages pendant les vacances scolaires, la piscine et les mouvements de jeunesse: c’est pour en être débarrassée de temps en temps, profiter de mon homme et voir mes copines, ou parce que je préfère travailler… ou juste pour glander toute seule à rien faire, chez moi ou en ville”.

Soyons honnête: on pourrait voir dans les propos de la mère de famille le portrait exagéré des mères modernes n’arrivant pas à s’occuper de leurs enfants. Mais la spécialiste tempère en expliquant que si les médias regorgent de conseils pour vivre le confinement sereinement en famille, les parents n’arrivant pas à se sentir enjoués par le fait de rester 24h/24 confinés chez soi avec leurs enfants n’ont pas à culpabiliser. Pourquoi? Parce que la vraie vie est un peu plus complexe que laissent entendre les réseaux sociaux.

“Je voudrais juste recadrer un peu les choses pour ceux qui se sentent nuls. Et peut-être surtout pour celles qui ne se sentent pas à la hauteur, parce qu’elles n’arrivent pas à appliquer les bons conseils des spécialistes en ces temps de confinement. C’est juste normal. En vrai, personne n’y arrive vraiment. Ou alors c’est parce qu’on a terriblement les moyens d’y parvenir. Du fric, du temps, plein de matos à disposition, des tablettes, de grands jardins, des enfants calmes et autonomes ou des enfants insipides et vraiment très mous (ça existe aussi), des ados équilibrés sans peau grasse, ni hormones. Parce qu’on a un partenaire toujours content, qui assume sa part de charge mentale et des tâches ménagères. Bref, rien à voir avec la vraie vie en fait”.

Il y a les conseils… et puis la vraie vie!

Pour Françoise Leroux, il faut faire la part des choses entre les conseils que l’on trouve sur le web et la vraie vie. “On nous conseille de prendre un bain, d’écouter le silence, de faire un journal de confinement, de méditer ou de rire aux éclats (…)  Et en famille, d’en profiter pour faire des bricolages, du jardinage, du rangement de la chambre ou du tri des jouets. Mais quel enfant est d’accord de se défaire du moindre jouet trouvé dans un œuf Kinder il y a 4 ans? C’est une blague, en fait?”.

Après avoir tiré un portrait certes exagérément défaitiste du confinement en famille (bien qu’assez réaliste sur certains aspects), la maman de 48 ans invite les parents à lâcher prise, la bride, la pression et de faire ce qu’ils peuvent: “C’est le moment de se laisser tranquille et d’être gentil et extrêmement bienveillant avec soi-même. Quitte à donner son C4 à notre coach intérieur”. La psychologue explique combien les “je dois” et les “il faudrait que” peuvent nous mettre la pression en ces temps de confinement, et que la meilleure des solutions est de se concentrer sur ce qu’il nous fera tenir le coup, loin de l’image parfaite de la parentalité, encore davantage véhiculée à l’heure où les parents du monde entier ont la charge de leurs enfants chaque jour, tout en continuant, pour la plupart, à gérer leur vie professionnelle, que ce soit en télétravaillant ou en continuant à travailler à l’extérieur.

Plus d’articles sur le quotidien des parents en confinement

Pour ne rien manquer de nos conseils et actualités, suivez Mamans & Femmes d’Aujourd’hui sur FacebookInstagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter. Sans oublier nos pages Femmes d’Aujourd’hui et Délices

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)