Un enfant sur quatre ne recevra pas de cadeaux de Noël

Un enfant sur quatre ne recevra pas de cadeaux de Noël
© Getty Images

Si de nombreux enfants ouvriront plusieurs cadeaux le soir de Noël, certains n’en recevront pas un seul. En cause: la précarité vécue par de plus en plus de familles en Wallonie et à Bruxelles.

Les 24 et 25 décembre, de nombreuses familles se réuniront pour fêter le réveillon. Elles profiteront d’un bon repas et surtout, les enfants se feront une joie de déballer les cadeaux, parfois abondants, qui les attendent sous le sapin. Mais pour une famille belge sur cinq, le sourire ne sera pas au rendez-vous le soir de Noël. Certains foyers vivent sous le seuil de pauvreté ou ont vécu des catastrophes cette année (inondation, perte d’emploi, faillite) et ne pourront donc pas offrir le moindre cadeau à leurs enfants. Mais heureusement, la magie des fêtes opère: on peut aider ces familles à notre niveau!

Un enfant sur quatre vit dans une famille précarisée

Les statistiques parlent d’elles-mêmes: un cinquième de la population wallonne – et un enfant sur quatre – vit au sein d’une famille ne disposant pas d’un revenu de 2.279€, le montant en dessous duquel un ménage est officiellement sous le seuil de pauvreté. Ces foyers vivent un quotidien qui est synonyme de budget serré et de galères en fin de mois, mais surtout de choix… Autant dire qu’il est compliqué pour les parents de gâter leurs petits alors que les factures s’accumulent et qu’il ne leur reste parfois que quelques euros sur leur compte pour finir le mois.

Et l’année 2021 n’a pas épargné les familles belges, qui sont nombreuses à avoir été touchées directement ou indirectement par la crise sanitaire et/ou les inondations de juillet, aggravant parfois des situations financières parfois très tendues.

Les familles monoparentales sont les plus touchées

“Dans le sud de notre pays, près de la moitié des familles monoparentales vivent avec des revenus inférieurs au seuil de pauvreté”, peut-on lire sur le site de La Ligue des Familles. Ce sont elles les principales victimes de la précarité. Une réalité d’autant plus vraie quand on sait que près d’un parent seul avec enfant sur deux ne travaille pas. La gestion du quotidien, la difficulté à trouver des solutions pour faire garder les enfants, les devoirs et les trajets semblent être les difficultés majeures rencontrées par les parents solos pour trouver un emploi. Dans 21% des cas, ils choisissent alors de travailler à temps partiel. Un choix obligatoire pour être sur tous les fronts, mais qui est souvent un frein pour accéder à des emplois intéressants ou obtenir une promotion, et donc avoir une meilleure qualité de vie financière.

Que faire pour aider ces familles dans le besoin?

Ce ménage dans le besoin, c’est peut-être votre voisin, les parents du copain d’école de votre enfant, un collègue, une cousine… Transformez-vous en Père Noël le temps d’un instant et profitez de la magie des fêtes pour faire briller les yeux de ces enfants.

Glisser un cadeau sous le sapin d’une famille précarisée

Pour cela, nul besoin de se ruiner: un jeu de société pour toute la fratrie ou un petit quelque chose pour chaque enfant, comme un livre, une poupée, des petites voitures… Un geste que vous pouvez faire via l’ASBL “Opération Papa Noël”, qui met en relation les familles précarisées et celles qui souhaitent parrainer un enfant en lui offrant un cadeau à mettre sous le sapin. Envie de jouer les lutins de Noël? Rendez-vous sur www.operationpapanoel.be.

Et si vous n’avez pas le temps de gérer un parrainage de A à Z, d’autres options s’offrent à vous: vous pouvez opter pour le “cadeau suspendu”. Ce don permet à l’ASBL de financer un cadeau pour un enfant ou une fratrie. Elle se chargera de le sélectionner, l’acheter, l’emballer et l’expédier de votre part!

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Trier le coffre à jouets de vos enfants

Vous ne souhaitez pas ou n’avez pas les moyens d’acheter un cadeau? Allez faire un tour dans la chambre de vos enfants et faites-y du tri. Il y a certainement des jouets encore en très bon état qu’ils ne regardent même plus, parce qu’ils ont grandi, ou par manque d’intérêt. Nettoyez-les, emballez-les joliment et le tour est joué. Vous pourrez ensuite les déposer dans des foyers pour enfants placés ou à des associations comme “Assistance enfance”. Cette ASBL vient en aide aux enfants en situation de précarité dans la région de Liège, et organise chaque année “L’opération Saint Nicolas/Noël”, une grande collecte et redistribution de jouets en bon état. Plus d’informations sur leur site web.

Faire un don à une association

De nombreuses associations viennent en aide aux familles dans le besoin et à leurs enfants. Vous pouvez les soutenir en faisant un don, mais aussi en triant simplement les jouets et vêtements de vos enfants pour les donner à ces organismes afin qu’ils puissent les distribuer aux familles précarisées. Comme chaque année depuis 2013,  “Vivaforlife”, une ASBL créée par la RTBF, vient en aide aux familles précarisées, et ce, tout au long de l’année. Pour les aider, vous pouvez faire un don en ligne sur le site www.vivaforlife.be ou par virement bancaire au BE35 0000 0000 3737.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by VivaforLife – RTBF (@vivaforlife)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

D’autres associations à soutenir

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)