Rencontrer son âme sœur grâce à son patrimoine génétique

Rencontrer son âme sœur grâce à son patrimoine génétique
Getty Images

George Church, un scientifique de l’université de Harvard, propose de mettre en place une application qui permettrait de rencontrer son âme sœur sur base de son ADN. Une méthode qui pose question…

Les applications de rencontre basées sur le physique (et le feeling quand même un peu), tout le monde connaît, mais une application de rencontre où c’est le patrimoine génétique qui est mis en avant, ça on connaît un peu moins.

L’envie toujours plus grande d’un monde parfait

Cette application, c’est le professeur de génétique George Church qui en a eu l’idée. Pour remettre en contexte, ce chercheur est assez controversé. Ses idées sont souvent farfelues, il a notamment voulu ressusciter un mammouth ou même cloner l’homme de Néandertal… Avec toujours comme but d’améliorer la durée de vie de l’espèce humaine. Des idées qui, éthiquement, posent question! Est-ce que vouloir créer des êtres parfaits et résistants a un intérêt? Beaucoup pensent qu’avec ce genre d’idée, on se dirige vers une nouvelle ère d’eugénisme. À savoir, vouloir sans cesse améliorer le patrimoine génétique de l’espèce humaine… pour arriver à la perfection.

Et scientifiquement ça se passe comment?

Chaque humain dispose de son propre ADN qui est composé de chromosomes, tout humain dispose de 23 paires. Lorsqu’un enfant est conçu, il reçoit un exemplaire de chacun des chromosomes. Si les parents ont chacun une copie d’un gène défectueux, il est possible que leur bébé ait deux copies imparfaites du gène et donc soit atteint d’une maladie ou d’une malformation génétique. Si seul un des parents est porteur d’un gène endommagé, l’enfant n’est que très rarement touché. En moyenne, 5% des enfants portent une malformation grave liée à ce genre de situation dans le monde.

Une application de rencontres génétiques

En bref, ce chercheur souhaite créer un Tinder de la génétique. L’idée est de faire se rencontrer des gens qui ont des patrimoines génétiques compatibles pour procréer des enfants qui ne seront pas atteints d’une malformation ou d’une maladie. Son argument, qu’il révèle dans l’émission « 60 minutes » sur CBS, est qu’en choisissant un partenaire en fonction de son ADN, 7000 maladies génétiques seraient évitées et surtout, il y aurait 50 millions de morts par an en moins. Oui, mais…

Une idée qui ne passe pas

Cette idée peut paraître bien jolie mais totalement étrange et déplacée si l’on creuse un peu. De un, il est important de rappeler que l’amour ne se réduit pas à être parents. Avoir des enfants fait partie de la vie (ou non) d’un couple mais n’est pas un but en soi. De deux, condamner une personne uniquement à cause de son ADN relève de l’absurdité. Cela revient à dire qu’une personne n’est pas assez « bien » parce qu’elle n’a pas les « bonnes gènes ». Sur Twitter, les internautes ont également montré leur mécontentement face à cette application.

Certains font même des rapprochements avec le nazisme et cette envie de revenir à une « race pure ».

Ces articles pourraient aussi vous plaire

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin,maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)