Infidélité « j’ai joué avec le feu »

Infidélité "j'ai joué avec le feu"
Les sociologues sont unanimes: l'infidélité se porte bien, voire très bien, surtout l'été. Quelques conseils avisés à l'attention de celles qui décident de croquer le fruit défendu…

Nous vous l’avions promis dans le magazine! Voici les deux dernières questions non parues à Pascal Coquiart, sexologue et psychologue-psychothérapeute à Thuin.

Disposez-vous de chiffres récents portant sur l'infidélité?

En Belgique, je l'ignore mais aux USA une étude récente a révélé que 70 % des gens avaient été infidèles au moins une fois dans leur vie… Comme là-bas, ils sont plus prudes que nous, ces chiffres doivent être plus élevés ici.

D'après les témoignages de vos patients, qu'est-ce qui trahi le plus souvent?

  • Les traces (Visa, factures, amendes…), surtout virtuelles (ordinateur, portable, historiques… ).
  • Les traces immatérielles (parfum, odeur…) mais aussi matérielles comme un bouquet de fleurs, un vêtement, un cadeau trop caractéristique.
  • Les relations chez l’un ou l’autre: on n’est pas sûr de son amant, et encore moins de son environnement actuel et ultérieur.
  • Les habitudes: si tous les mercredis à 14 h, vous êtes garée devant un hôtel particulier et qu'on reconnaît votre véhicule, les ragots risquent de se colporter rapidement.
  • Les changements: de comportement, de fréquence de relation sexuelle, d’apparence physique… Un mari qui se parfume soudainement et perd 5 kg, c'est flagrant pour la femme.
  • Le manque d'estime des capacités de son conjoint. Par naïveté ou aveuglement, certaines croient que leur mari va gober n'importe quoi.

Retrouvez le dossier complet dans votre Femmes d'Aujourd'hui du 7 août 2014.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)