4 choses que vous ignorez sur la marque de cosmétiques Yves Rocher

4 choses que vous ignorez sur la marque de cosmétiques Yves Rocher
©Liza De Wilde

Vous connaissez certainement ses crèmes, ses produits de maquillage, ses parfums, ses soins visage et cheveux… mais connaissez-vous réellement la marque Yves Rocher? En réalité, l’histoire qui se cache derrière cette marque est surprenante. Voici quatre anecdotes à connaître sur la marque de cosmétiques.

Derrière une marque se cache toujours une histoire, et celle qui a mené à la création de la société française Yves Rocher est particulièrement intéressante. Nous nous sommes rendues à La Gacilly (Bretagne), la ville qui a vu naître la marque, pour en savoir un peu plus sur l’histoire de la marque et ses engagements. Voici quatre informations étonnantes que nous avons apprises sur place.

4 choses à savoir sur la marque Yves Rocher

Quelques anecdotes que vous ignorez peut-être sur la marque Yves Rocher.

1. Yves Rocher a vraiment existé

Si cela peut sembler évident pour certains, d’autres n’ont sans doute jamais pensé au fait que le nom de la marque pouvait se référer à une vraie personne. La société française porte en réalité le nom de son fondateur, Yves Rocher, né en 1930, dans le village breton de La Gacilly, dans le Morbihan. Ce pionnier de la cosmétique est décédé en 2009, à l’hôpital Lariboisière (Paris), à l’âge de 79 ans, des suites d’un accident vasculaire cérébral. Aujourd’hui, c’est le petit-fils d’Yves Rocher, Bris Rocher, qui dirige l’entreprise.

2. Tout a débuté à La Gacilly, un petit village Breton

Enfant, Yves Rocher passe énormément de temps aux côtés de son père Joseph, chapelier teinturier, qui lui transmet son amour pour la nature. Mais Yves n’est âgé que de 14 ans lorsque son papa décède, un choc pour l’adolescent. Livré à lui-même, il continue de s’instruire seul et se passionne chaque jour un peu plus pour le monde végétal et les vertus médicinales des plantes. La même année, il formule sa première pommade à base de plantes dans le grenier de sa maison familiale, située dans le petit village de La Gacilly, qui devient son laboratoire.

Comme il n’a pas les moyens d’acheter un magasin, il développe la vente par correspondance, proposant sa pommade anti-hémorroïdes via des petites annonces publiées dans des magazines. Le succès est au rendez-vous et, 15 ans plus tard, il fonde son entreprise de produits cosmétiques et de soins par les plantes. À cette époque, ce concept est complètement avant-gardiste et bouleverse le monde de la cosmétique, provoquant un engouement énorme pour la marque. Aujourd’hui, trois usines Yves Rocher sont implantées à La Gacilly: une pour le maquillage et les soins visage, une pour le parfum et une troisième pour l’hygiène et les soins capillaires. Cela représente à peu près 400 millions de produits qui sortent chaque année de ces usines.

« C’est à La Gacilly en plein cœur de la Bretagne que ma passion pour le monde végétal est née. Il est vrai que j’avais pour bercer mon imaginaire, l’horizon des bandes fleuries, les marais et les bois de la mythique forêt de Brocéliande. »

Yves Rocher

La maison natale d’Yves Rocher en 1959 et en 2019.

3. Une grande partie des fleurs utilisées dans les produits sont cultivées en Bretagne

« Le climat breton nous permet de cultiver huit variétés, que l’on retrouve directement dans la composition des produits », nous explique Mathilde Gattepaille, chargée de communication. Et d’ajouter: « On cultive notamment les fleurs emblématiques de la marque, comme la ficaire, le bleuet, la camomille et le calendula, que monsieur Yves Rocher avait lui-même commencé à cultiver dans les années 70′. Par la suite, nous avons développé un département d’agronomie et grâce à nos recherches sur l’agriculture biologique, nous avons pu diversifier notre production et cultiver de nouvelles variétés, la petite dernière étant l’Edulis, que l’on utilise pour notre gamme Hydra Végétal. »

4. Il existe un hôtel Yves Rocher

À l’époque, Yves Rocher avait le projet de remettre en état une ferme, et d’en faire une « ferme de beauté ». Cela n’a pas vraiment abouti. Mais son fils, Jacques Rocher, qui est actuellement directeur du Développement durable et de l’Environnement au sein du Groupe Rocher et maire du village de La Gacilly, a repris le projet et l’a mené à bien. Situé aux portes du village de La Gacilly, l’hôtel spa « La Grée des Landes » a été inauguré en avril 2009, quelques mois avant le décès de monsieur Yves Rocher.

L’hôtel a été conçu pour concilier bien-être et harmonie avec la nature. Le but était donc que l’hôtel n’ait aucun impact négatif sur le site sur lequel il serait implanté. Avant la construction, un inventaire de toutes les espèces animales et végétales a été réalisé en partenariat avec une association française publique de protection de la biodiversité. L’idée était non seulement de maintenir ces espèces, mais aussi de mettre des choses en place dans l’espoir d’accueillir de nouvelles espèces.

Ainsi, des nichoirs à oiseaux et des hôtels à insectes ont été installés, des plantes sauvages ont été plantées, et les jardiniers ont tout mis en place pour que la nature puisse se développer à son rythme. Le projet fut une réussite, puisque cinq ans plus tard, lorsque la marque a refait l’inventaire des espèces présentes sur le site, de nouvelles espèces étaient arrivées. La mésange bleue, par exemple, est revenue faire ses nids sur le site.

L’hôtel en lui-même se compose d’une trentaine de chambres et d’une cabane perchée située dans le jardin de l’hôtel, faisant office de suite. Quant à la conception de l’hôtel, tout a été pensé de façon à réduire au maximum l’empreinte carbone de l’hôtel: tous les matériaux utilisés sont 100% naturels et éco-responsables, les toits sont végétalisés, l’hôtel est muni de panneaux solaires, la literie est bio, les peintures sont naturelles, l’eau des piscines devant être remplacée est utilisée pour alimenter les sanitaires, toutes les chambres sont orientées sud-ouest pour capter les rayons du soleil, etc.

Au spa, les rituels de soin puisent leur force du végétal, tandis que le restaurant de l’hôtel, « Les jardins sauvages », propose de la cuisine bio et locavore. Bref, c’est l’endroit parfait pour se détendre et apprécier la tranquillité dans un superbe cadre en pleine nature, à seulement deux heures de Paris! Plus d’infos sur lagreedeslandes.com

Plus d’articles « beauté »:

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)