Pourquoi et comment aider les réfugiés?

Pourquoi et comment aider les réfugiés?
L'aide aux réfugiés est plus que jamais d'actualité. Retrouvez notre reportage dans Femmes d'Aujourd'hui cette semaine. Et ici, des infos et des contacts pour participer à l'élan solidaire. 

 “Souvent, je me dis que c’est une chance d’être bien née, explique Anne, qui est allée proposer ses services au parc Maximilien à Bruxelles en septembre, quand il accueillait un campement de réfugiés en attente de rendez-vous à l'Office des Etrangers.  "C’est un hasard de la vie, d’avoir grandi dans un pays sans guerre, de pouvoir faire des études, gagner sa vie. Alors ce déracinement vécu par les migrants, devoir quitter son pays, se retrouver dans des endroits indécents pour vivre, me paraît terriblement injuste. Cela existe depuis toujours, mais là, il y a un véritable afflux. Pour le moment, je suis sans emploi. J’ai décidé d’aller consacrer du temps aux réfugiés tous les mardis, j’espère pouvoir garder ce rythme quand j’aurai à nouveau un travail. Aider n’enlève pas la tristesse de l’injustice, mais ça donne plus de peps à la vie.”

Carole, également bénévole au parc, se dit touchée par "le décalage entre nos vies, les agendas chargés de ses enfants, le cours de danse de la petite, les autres activités ludiques… et la vie d'autres enfants du monde, en difficulté." Sa collègue Cristina et elle ont amené au parc Maximilien une machine à badges qu'elles utilisent dans des ateliers d'animation pour enfants. Idée simple mais géniale qui remporte grand succès auprès des enfants du campement qui peuvent personnaliser le badge avec leur prénom avec des crayons de couleur. Cristina: “Tant qu’on voit les photos, les reportages, on n’est pas dedans, on ne sait pas ce qu’on peut faire. Ici, on ressent physiquement, on est presque submergés par les émotions des enfants, des gens qui viennent recevoir et donner. Au-delà de ces émotions, on sait un peu plus où on va. Je me dis qu’après, je pourrai contacter d’autres réseaux pour aider.”

Travailleuse sociale, Danielle applaudit l'élan citoyen: “Nous, dans le social, ça fait deux ans qu’on est dans la rue pour les sans-papiers, pour dire qu’il faut travailler pour les demandeurs d’asile, qu’ils meurent… En une semaine, tout a basculé. C’est magnifique, là, toutes les dix secondes, il y a une voiture qui arrive. Tous ces gens qui quittent leur télé, leur ordi, viennent de partout pour donner ou aider…"

Aujourd'hui, le parc Maximilien n'a plus ce rôle de pré-accueil qu'il a joué grâce, surtout, à la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. C'est non loin du parc et du bâtiment WTC (lieu d'hébergement officiel pour les réfugiés qui arrivent), que ça se passe (au Lieu de rencontre et au Dépôt: voir plus bas).

A QUI S'ADRESSER SI ON VEUT AIDER?

La Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés

C'est qui? Un collectif de citoyens né au parc Maximilien et soutenu par des ONG.

Comment participer? Plusieurs types d'aide (logistique, cours, animations…) sont utiles sur place, au "Lieu de rencontre" (quai de Willebroeck 22, 1000 Bruxelles) et au "Dépôt", (rue François Mus 7, 1080 Bruxelles) et en seconde ligne (traductions, relais…). Il y a un formulaire à remplir pour offrir son aide.

Contact Consultez la page Facebook (plus de 27 000 likes!) et le site www.bxlrefugees.be.

 

Tournai Refuge

C'est qui? Un collectif de citoyens qui propose un "parrainage" des réfugiés du Centre de demandeurs d’asile de la Croix Rouge à Tournai.

Comment participer? En devenant marraine ou parrain. Concrètement, cela signifie aller passer du temps avec des personnes au Centre de demandeurs d'asile.    

Contact Consultez la page FacebookTournai Refuge et le site www.tournairefuge.be. Pour s'inscrire, il faut envoyer un mail à tournairefuge@gmail.com

 

Le Ciré

C'est qui? L'association phare de "Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers".

Comment participer? En consultant leur site, car c'est là que vous trouverez le plus d'informations fiables et utiles pour offrir votre aide, à Bruxelles comme ailleurs, mais aussi vous faire un avis sur la situation de l'accueil en Belgique.

Contact Consultez en priorité cette page et si besoin, appelez au 02 629 77 10 (de 9 à 12 h du lundi au vendredi).

 

Près de chez soi

Les gens de terrain donnent tous le même conseil: n'hésitez pas à prendre tout simplement contact avec des lieux près de chez vous, les centres Fedasil et Samu social, les centres Croix-Rouge (prendre contact au 02 371 33 10 ou volontariat@croix-rouge.be), via le CPAS de votre commune… Il y a des besoins partout, mais pas toujours les mêmes. Proposez ce que vous savez faire.

Pas loin de chez nous, les réfugiés de la Jungle de Calais ont aussi besoin de soutien. Voir les témoignages sur la page Facebook Jungle Life, Calais et les infos pour aider sur www.laubergedesmigrants.fr.

 

HEBERGER UN REFUGIÉ?

L'un des besoins essentiels est le logement des personnes qui arrivent, car l'accueil officiel n'est pas suffisant. Pour le moment, au contraire de ce qui se fait ailleurs (par exemple en Allemagne), il n'existe pas de cadre pour soutenir l'accueil de réfugiés par des citoyens. Mais en étant motivé et pour quelques jours de "pré-accueil" (avant le premier rendez-vous à l'Office des Etrangers), c'est possible. Prenez contact avec la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. Si vous êtes propriétaire, sachez que des logements à louer sont aussi recherchés. Contactez le Ciré.

 

BON À SAVOIR POUR DONNER…

Du temps 

Il n'est pas toujours nécessaire de se déplacer pour offrir son aide, qui peut aussi consister à rédiger des documents, effectuer des traductions, relayer des informations…

Du matériel

Même quand les dons sont suspendus temporairement, gardez-les au chaud, ils serviront plus tard et/ou pour d'autres. Les vêtements et le matériel de couchage sont toujours nécessaire, mais pensez aussi aux produits d'hygiène (on oublie souvent les protections périodiques pour les femmes), aux jeux pour adultes et enfants… En bon état bien sûr, en pensant aux personnes qui vont les recevoir. Des petits avions militaires, par exemple (comme raconté par une bénévole au parc Maximilien), ne sont pas vraiment pertinents pour des enfants venant de pays en guerre.

De l'argent

Mieux vaut verser à des associations reconnues qui peuvent gérer les dons. En matière d'accueil de réfugiés en Belgique, Médecins du Monde et la Croix-Rouge sont très actifs. Mais aussi, plus globalement, le CNCD-11.11.11, Amnesty, Unicef…

 

C'EST AUSSI DE L'ACCUEIL

Afficher son soutien sur Facebook: via un badge sur votre photo de profil

Signer une pétition

Faire tomber les préjugés grâce aux arguments et aux infos à trouver sur le web, de sources de confiance, par exemple à ce document.

 

UN OUTIL SYMPA

Pour communiquer en dessins: le Routard "Hello", conçu pour les premiers contacts des personnes qui arrivent.

 

ET VOUS?

Faites-nous part de vos idées et témoignages en écrivant à francoise.gauder@femmesdaujourdhui.be

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)