L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Maria Del Rio: “Je suis abasourdie par ce qui se passe en Espagne!”

La comédienne et animatrice de Radio Contact se définit comme “100 % belge, 100 % espagnole”. Hier, regardant les infos avec sa maman, Maria restait sans voix face à l’actualité en Catalogne.

“Je ne comprends pas!”

Dès le début de la conversation, c’est la phrase que Maria Del Rio répète. “Je ne comprends pas.” Elle ajoute: “Je n’en reviens pas. Je suis attristée, désolée…”

Que pensez-vous du referendum?

Maria Del Rio: “Ce qui se passe là-bas dépasse tout entendement, c’est surréaliste! Pour moi, je suis espagnole, je suis contre! Cela fait longtemps qu’il y a ce besoin d’indépendance en Catalogne. Mais pas chez tout le monde. Ma maman, par exemple, est catalane. Elle n’a pas cette envie! Elle se sent espagnole! Mes grands-parents aussi! Ils ne se posent pas de questions. Ils sont fiers de venir de Barcelone, ils n’ont pas ce besoin extrémiste. Je n’en reviens pas que ça aille jusque là. Il m’était arrivé, en vacances, de sentir une tension. Je parlais espagnol, on me répondait ostensiblement en catalan… Mais en arriver là? Ma maman a la carte d’identité espagnole, mais il est mentionné qu’elle vient de Barcelone. Elle s’interroge. Est-ce qu’elle va devoir changer?”

Et la réaction policière?

Maria Del Rio: “C’est incroyable! Et ce qui est affligeant, c’est que cette violence demandée par Madrid et exécutée par la police risque d’influencer les résultats! Ça va faire changer d’avis des gens qui étaient contre l’indépendance. Un sale effet boule de neige. Puis surtout…On est un peuple civilisé! On a travers des tas de choses, dans notre histoire. Là, se retrouver avec des flics qui tapent sur la population devant des bureaux de vote… Quelle tristesse! Quel écœurement! Je n’ai pas de mots. Hier, avec ma maman, on fixait le vide, sans rien dire, choquées. Est-ce qu’on avait besoin de ça?”

Comment réagir?

Maria Del Rio: “Je me sens impuissante. J’ai du mal à réaliser. Je ne vais pas boycotter le pays. C’est un endroit qui fait partie de mon histoire. De plus, cela pénaliserait des gens qui ne sont pas concernés, qui n’ont rien fait.”

Vous vous dites “à 200 %, 100 % espagnole, 100 % belge”. Qu’est-ce que ça signifie?

Maria Del Rio: “Je me sens appartenir aux deux nations. Je n’irais jamais vivre en Espagne! C’est le pays de mes racines, de mon histoire… mais ma vie, ma culture, mes amis, sont belges. Je me suis construite ici, je me réalise ici! C’est une vraie richesse. Je me sens bien dans les deux cas de figure. C’est drôle, mon vrai nom est Maria-Nieves. Ça signifie Marie des neiges. En Belgique, avec la deuxième partie, c’était trop difficile pour les profs, dont je me suis appelée Maria. En Espagne, on prend la deuxième partie du prénom. Je suis Nieves! Et moi, je suis les deux, à 200 %!”

Maria Del Rio illumine les matins dans le Good Morning, sur Radio Contact, entre 6 h et 10 h. Feel Good! En télévision, on retrouvera très prochainement l’animatrice sur RTL TVI dans un prime consacré aux années 80 (mais le projet reste super secret!).

Contenu des partenaires