Les Japonaises disent « non » aux talons au travail

Les Japonaises disent "non" aux talons au travail
Getty Images

Les Japonaises s’opposent depuis lundi 3 juin contre l’obligation tacite de porter des talons sur leur lieu de travail. À la tête de cette contestation, l’actrice Yumi Ishikawa qui a lancé la campagne hashtag #KuToo.

Bien que cette règle de porter des talons pour les femmes sur leur lieu de travail n’est pas inscrite dans la loi, elle est bien ancrée dans les mœurs des Japonais. Toutes les femmes, qui se présentent à un entretien ou qui travaillent, portent des talons. Depuis lundi, les militantes du mouvement hashtag #KuToo se rebellent face à cette pseudo obligation.

19.000 internautes soutiennent #KuToo

#KuToo est l’abréviation de « kutsu » qui signifie « chaussure » en japonais et « kutsuu » qui veut dire « douleur ». Et puis surtout, ce hashtag est assez semblable au hashtag #MeToo. Depuis lundi 3 juin, des militantes ont lancé une pétition adressée au gouvernement pour supprimer l’obligation du port de talons pour les femmes lorsqu’elles sont au travail.

Il y a quelques temps déjà, l’actrice Yumi Ishikawa avait protesté sur Twitter contre cette obligation. Très vite le tweet est devenu viral ce qui lui a donné la motivation de créer une campagne dans la même idée que celle du hashtag #MeToo. Aujourd’hui, c’est environ 19.000 internautes qui adhèrent à la campagne #KuToo. « Aujourd’hui, nous avons déposé une pétition pour demander une loi interdisant aux employeurs de forcer les femmes à porter des talons, ce qui est de la discrimination sexuelle et constitue un harcèlement », expliquait à l’AFP l’actrice japonaise. À l’heure actuelle, aucune réaction n’a été faite de la part du gouvernement.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Cumhuriyet (@cumhuriyetgzt) on

Lisez aussi

Pour être au courant de toute nos astuces modebeautéjardin,maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)