La business girl de la semaine: à 30 ans, Laure passe du monde de la mode à celui de l’informatique

La business girl de la semaine: à 30 ans, Laure passe du monde de la mode à celui de l'informatique

Il y a un peu plus d’un mois, nous vous parlions de Sophie, la business girl qui avait créé sa marque de bijoux Mya Bay. C’est grâce à cette dernière que nous avons eu l’opportunité de rencontrer Laure, dont la carrière a commencé aux côtés de Sophie dans le département commercial de Mya Bay. Inspirée par la success story de la marque, Laure créé sa propre entreprise : Piximate.

En arrivant chez Mya Bay, Laure avait déjà l’idée de Piximate en tête, mais celle-ci n’était restée qu’au stade de projet. De fil en aiguille, Laure et ses associés se sont vite rendus compte qu’il y avait un réel potentiel derrière cette idée et qu’il allait donc falloir monter une véritable entreprise. D’un commun accord, Laure s’est vue propulsée à la tête de l’entreprise.

Piximate

L’idée part d’un simple constat: le monde se digitalise, et avec la démocratisation du smartphone, nous prenons un nombre de photo beaucoup plus conséquent qu’auparavant. Le réel challenge est de retrouver exactement l’image que nous recherchons parmi ce flux de photos.

Piximate est un outil de marketing digital d’aide de prise à la décision. Il répond à diverses problématiques rencontrées par les entreprises: non seulement l’outil collecte les images, les stocke et y appose le logo de l’entreprise en question, mais en plus il est capable de les analyser, permet  la recherche d’images par mots clés et est doté d’une fonction de partage. Piximate permet donc aux entreprises de n’avoir qu’un seul outil du début à la fin du processus de gestion de média, et par conséquent, de gagner énormément de temps.

Piximate a déjà̀ convaincu des clients comme Levi’s®, Tom&Co, Mya Bay, Duvel, l’Abbaye de Maredsous, et divers clubs de sport, dont la ligue de basketball Belge.

L’envie d’entreprendre

Son expérience au sein de l’équipe de Mya Bay, où elle a pu vivre l’entreprenariat de l’intérieur, a permis à Laure de se lancer sans crainte. Mais l’élément déclencheur de son envie d’entreprendre fut son stage de fin de graduat à Malte, réalisé quelques années auparavant. Très vite, Laure a rencontré des Français qui venaient de s’y installer. Tous chefs d’entreprise, ils avaient quitté leur pays et leur famille pour créer leur boite à Malte. C’est la première fois que la jeune femme rencontrait des gens qui avaient créé leur propre métier, ce fut une révélation.

Etre une femme: atout ou faiblesse?

A la question de savoir si le fait d’être une femme dans ce milieu lui a paru être un frein ou un atout, Laure admet avoir ressenti les deux: «C’est un inconvénient parce qu’on est pas toujours prise au sérieux, ou en tout cas, pas tout de suite. Et que souvent, typiquement dans les clubs affaires, quand je rentre dans la pièce, je sais déjà que la majorité des gens pensent que j’accompagne la personne avec qui je suis». Mais si le monde de l’entreprenariat reste un monde majoritairement composé d’hommes, il ne faut pas longtemps à Laure pour que ses confrères lui accordent leur crédibilité.

D’un autre côté, être une femme peut représenter un véritable atout: « Comme il y a encore très peu de femmes dans ces milieux-là, quand on rencontre quelqu’un, il s’en rappelle ». En outre, Laure nous confie que certaines personnes se montrent plus attentives, répondent plus facilement ou sont plus accessibles, simplement parce qu’elles s’adressent à une femme.

Son conseil pour les jeunes entrepreneurs

«Les personnes qui se lancent doivent impérativement bien s’entourer et se rendre compte qu’il faut être très bien encadré. L’entreprenariat en Belgique, c’est super dur». Avant de se lancer, il faut donc être prévenu, et même presque mis en garde, de l’investissement que cela représente et de la patience dont il faut savoir faire preuve.

Cela dit, Laure estime que de travailler avec ses amis pour un projet auquel elle croit, d’être payée pour le faire avec plein de choses concrètes qui en ressortent, cela n’a pas de prix.

Ceci pourrait également vous intéresser:

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)