L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Journée internationale de la fille: l’action de l’ONG Plan International

A l’occasion de la Journée internationale de la fille, ce 11 octobre, l’ONG Plan International organise partout dans le monde des “Girls Takeovers”, permettant à des centaines de filles d’occuper le poste de personnalités de pouvoir dans les domaines politique, économique, académique, médiatique, judiciaire, culturel… L’ONG, ayant la défense des droits des filles au cœur de son action, nous rappelle ainsi la différence du statut des filles et garçons. Y compris en Belgique.

La situation des filles est loin d’être rose à l’échelle mondiale. Moins valorisées, moins scolarisées, moins bien payées, davantage l’objet de violence, les filles continuent de porter le poids de stéréotypes, de préjugés et de discriminations qui limitent leur potentiel. Avec un manque à gagner pour elles et pour l’ensemble de la société, les inégalités de genre ayant un impact négatif prouvé sur le développement socio-économique de chaque pays.

“L’action menée ce 11 octobre vise à rappeler la réalité des discriminations à l’égard des filles, mais surtout à montrer leur potentiel et à briser les clichés en les mettant là où on ne les voit pas assez : au pouvoir”, explique Régine Debrabandere, Directrice de Plan International Belgique qui organise l’événement chez nous. “Que ce soit à Bruxelles, à Karachi ou à Bamako, les filles peuvent faire de grandes choses. Il faut pour cela que les mentalités évoluent et qu’on leur en donne l’opportunité.”

En Belgique, Vice-Premiers Ministres, CEOs, recteurs d’universités, rédacteurs en chef… laissent leur place à des jeunes femmes

Chez nous, 7 jeunes filles âgées de 15 à 24 ans prennent la place de décideurs de premier ordre: les Vice-Premiers Ministres Didier Reynders et Alexander De Croo ; le CEO de l’Union belge de football (Koen De Brabander); les recteurs de l’Université de Mons et d’Anvers (Calogero Conti et Herman Van Goethem) ; la rédactrice en chef de Bel RTL (Barbara Mertens) et le directeur des programmes de VTM (Ricus Jansegers).

“Ces prises de pouvoir sont tout sauf superficielles”, explique Diane Delava, étudiante de 23 ans, qui prend mercredi matin la place du Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders lors d’une réunion de travail à son Cabinet. “L’objectif n’est pas de faire une belle photo et de disparaître. Nous voulons véritablement avoir notre mot dire. Sur des choix politiques de notre pays. Sur la présence des femmes dans le monde académique. Sur la ligne rédactionnelle d’un journal parlé… Et briser les clichés sur les rôles attendus des filles dans le monde et en Belgique.”

Découvrez Delphine Parisis, remplaçante de Barbara Mertens à Bel RTL

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
Pour plus d’informations sur Plan International, découvrez leurs actions sur leur site.

Ceci pourrait également vous intéresser:

Contenu des partenaires