Harcèlement scolaire et cyber-harcèlement, des réalités encore trop répandues en Belgique

Harcèlement scolaire et cyber-harcèlement, des réalités encore trop répandues en Belgique
Shutterstock

Aujourd’hui encore, le harcèlement est un phénomène très répandu en milieu scolaire, particulièrement en primaire et en secondaire. Une nouvelle étude réalisée par l’Université de Gand vient d’ailleurs de révéler des chiffres interpellants: près de la moitié des jeunes Flamands sont victimes de (cyber-)harcèlement.

Le harcèlement scolaire, actuellement facilité par l’omniprésence des réseaux sociaux, peut mener à des conséquences dévastatrices. Et ce n’est pas la série 13 Reasons Why qui nous dira le contraire! Si elle est fortement présente en Amérique, cette réalité touche également l’enseignement belge.

Le harcèlement en Belgique

En 2016, l’OMS publiait des chiffres catastrophiques: en Communauté française, 18% des garçons et 28% des filles de onze ans ont déclaré avoir été victime d’intimidation au moins deux ou trois fois par mois au cours des derniers mois. Des chiffres qui montrent bien à quel point le harcèlement représente encore aujourd’hui un défi de taille dans l’enseignement.

Près d’un élève sur deux déclare être victime de harcèlement en Flandre

Et la Flandre ne se porte pas beaucoup mieux. Une récente enquête de l’UGent réalisée en 2017 et 2018 sur un panel de 1.600 étudiants flamands âgés de 12 à 18 ans a révélé que le harcèlement scolaire touche près d’un élève sur deux en Flandre. En effet, 48% des élèves du secondaire interrogés ont déclaré avoir déjà été victime de harcèlement, soit près d’un élève sur deux. Par ailleurs, 18% d’entre eux admettent avoir déjà intimidé quelqu’un.

Les écoles ont une responsabilité majeure

« Le harcèlement reste un problème sous-estimé », a déclaré le travailleur social et expert sur la thématique du harcèlement Gie Deboutte. Et d’ajouter: « Les coûts humains et sociétaux sont élevés, c’est pourquoi nous plaidons pour un engagement plus fort en faveur de la prévention ». Si un enfant se fait harceler à l’école, c’est qu’il y a des choses à améliorer. « Les écoles, les clubs sportifs et les organisations de jeunesse assument une responsabilité majeure. Ils méritent un soutien supplémentaire pour être en mesure de faire ce qui est nécessaire », poursuit-il.

En faveur d’une prévention accrue

L’assistance et le témoignage de comportements ravageurs pourraient jouer un rôle primordial pour diminuer le harcèlement scolaire, mais les jeunes n’y sont pas assez sensibilisés et encouragés. 39% des jeunes interrogés ont déclaré être disposés à aider, mais ils ont peur d’intervenir. Les spécialistes du harcèlement scolaire assurent pourtant que le phénomène pourrait fortement diminuer si les témoins étaient conscients de leur rôle et de leur responsabilité.

Les questions de harcèlement vous interpellent? Lisez aussi ceci:

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

 

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)